Comme il l'avait déjà fait pour les deux rivales de la mégapole turque, Tokyo puis Madrid, l'inspecteur en chef du Comité international olympique (CIO), Craig Reedie, a conclu sa revue de détail de quatre jours sur les rives du Bosphore par un petit commentaire positif, pesé au trébuchet de la diplomatie qui s'impose à l'exercice. "Tout ceci a été extrêmement bien organisé et nous avons une excellente impression des capacités et de l'enthousiasme du comité de candidature", a-t-il déclaré devant la presse. Dans un souci d'extrême égalité entre les trois villes concurrentes, le Britannique s'est empressé de préciser, non sans humour, qu'une "+excellente impression+ signifie, dans mon esprit, exactement la même chose qu' +énormément impressionné+ ou +grandement impressionné+". Entre autres satisfécits, Reedie s'est plu à relever "l'enthousiasme" de la population pour la candidature de sa ville ainsi que "le fort soutien dont bénéficie la candidature (d'Istanbul) du gouvernement". Le gouvernement islamo-conservateur turc, qui a fait de l'organisation des JO une des priorités de sa promotion au rang de puissance régionale, n'a pas lésiné sur les moyens pendant la semaine. Accueillis dimanche par le président Abdullah Gül, les examinateurs du CIO ont dîné mardi soir avec le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, ancien maire d'Istanbul et promoteur assidu de son avenir olympique. Et de nombreux ministres ont quitté Ankara pour participer aux grands oraux de la semaine. (PVO)

Comme il l'avait déjà fait pour les deux rivales de la mégapole turque, Tokyo puis Madrid, l'inspecteur en chef du Comité international olympique (CIO), Craig Reedie, a conclu sa revue de détail de quatre jours sur les rives du Bosphore par un petit commentaire positif, pesé au trébuchet de la diplomatie qui s'impose à l'exercice. "Tout ceci a été extrêmement bien organisé et nous avons une excellente impression des capacités et de l'enthousiasme du comité de candidature", a-t-il déclaré devant la presse. Dans un souci d'extrême égalité entre les trois villes concurrentes, le Britannique s'est empressé de préciser, non sans humour, qu'une "+excellente impression+ signifie, dans mon esprit, exactement la même chose qu' +énormément impressionné+ ou +grandement impressionné+". Entre autres satisfécits, Reedie s'est plu à relever "l'enthousiasme" de la population pour la candidature de sa ville ainsi que "le fort soutien dont bénéficie la candidature (d'Istanbul) du gouvernement". Le gouvernement islamo-conservateur turc, qui a fait de l'organisation des JO une des priorités de sa promotion au rang de puissance régionale, n'a pas lésiné sur les moyens pendant la semaine. Accueillis dimanche par le président Abdullah Gül, les examinateurs du CIO ont dîné mardi soir avec le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, ancien maire d'Istanbul et promoteur assidu de son avenir olympique. Et de nombreux ministres ont quitté Ankara pour participer aux grands oraux de la semaine. (PVO)