"Je suis très content de mes jeux. J'aurais signé à deux mains pour être deux fois dans le top 5. Je suis passé près du podium deux fois aussi. Il n'y a que pour le 1.500m que je ne suis pas super content". Bart Swings y avait pris la 10e place. "J'ai longtemps été en course pour une médaille, mais à la fin je me suis pris un mur", a commenté le Louvaniste, 23 ans depuis le 12 février, commentant son 10km qui l'avait vu en effet très bien en course durant les 2/3 du parcours. "Je suis resté devant le temps de Bob (De Jong), je suis content. J'ai eu très dur à la fin. Les 5 derniers tours ont été moins bien. Après le temps de De Jong, un podium était théoriquement possible, mais je savais que cela être de toute façon très difficile. Je devais battre mon record personnel, de plus d'une seconde. Ce n'était pas impossible. J'ai donné le maximum dès le début. C'est à la fin que ce fut dur." Bart Swings avait hérité du Néerlandais Jorrit Bergsma dans sa paire, le futur champion olympique. "Je n'ai jamais essayé de le suivre. Je voulais suivre mon rythme. Ce que faisait Jorrit ne m'intéressait pas, c'était le temps de Bob que je visais." (Belga)

"Je suis très content de mes jeux. J'aurais signé à deux mains pour être deux fois dans le top 5. Je suis passé près du podium deux fois aussi. Il n'y a que pour le 1.500m que je ne suis pas super content". Bart Swings y avait pris la 10e place. "J'ai longtemps été en course pour une médaille, mais à la fin je me suis pris un mur", a commenté le Louvaniste, 23 ans depuis le 12 février, commentant son 10km qui l'avait vu en effet très bien en course durant les 2/3 du parcours. "Je suis resté devant le temps de Bob (De Jong), je suis content. J'ai eu très dur à la fin. Les 5 derniers tours ont été moins bien. Après le temps de De Jong, un podium était théoriquement possible, mais je savais que cela être de toute façon très difficile. Je devais battre mon record personnel, de plus d'une seconde. Ce n'était pas impossible. J'ai donné le maximum dès le début. C'est à la fin que ce fut dur." Bart Swings avait hérité du Néerlandais Jorrit Bergsma dans sa paire, le futur champion olympique. "Je n'ai jamais essayé de le suivre. Je voulais suivre mon rythme. Ce que faisait Jorrit ne m'intéressait pas, c'était le temps de Bob que je visais." (Belga)