Les tickets pour les JO d'hiver sont mis en vente à des prix extrêmement démocratiques pour les citoyens russes. "Les Russes des quatre coins du pays, peu importe leur milieu, doivent pouvoir se rendre aux Jeux. C'est dans ce but que nous avons mis en place une politique de prix très flexible", a affirmé Vladimir Poutine en novembre dernier. Depuis plusieurs mois, les spots publicitaires pour les JO d'hiver tournent en boucle sur toutes les chaînes de télévision russes, les hôtels proposent des séjours à prix cassés et les tickets pour les Jeux ne dépassent pas la centaine d'euros pour les Russes. "Les Jeux de Sotchi sont l'occasion pour le gouvernement de s'offrir une campagne publicitaire au niveau national qui devrait contrebalancer la baisse de la cote de popularité du président et l'ampleur des manifestations de l'opposition au cours des dernières années", explique Xavier Follebouckt (UCL). "Les autorités russes n'ont pas voulu reproduire le flop des championnats du monde d'athlétisme qui se sont tenus en août à Moscou. Trop peu de Russes ont eu l'occasion de s'y rendre à cause des prix trop élevés et de l'excès de contrôles de sécurité", rappelle Nina Bachkatov (ULG). "On voit une réelle évolution dans la politique de Vladimir Poutine; une volonté d'inclure la population russe afin de gagner en popularité. L'exemple des prix démocratiques des tickets pour Sotchi est véritablement un geste populaire." Mais les déclarations de Vladimir Poutine sont à relativiser. "C'est une politique de façade. M. Poutine sait très bien que tous les Russes ne peuvent pas se payer le déplacement jusqu'à Sotchi. Les JO ne sont pas accessibles à tous. Mais c'est ce qu'il veut leur faire croire", estime M. Follebouckt. A la mi-janvier, il semble que 65% des places seulement avaient été écoulées, le taux normal à ce stade étant de 85% selon Jean-Loup Chapelet, co-auteur de "Le marketing olympique" (éditions De Boeck). Il restait même des places pour la cérémonie d'ouverture. (Belga)

Les tickets pour les JO d'hiver sont mis en vente à des prix extrêmement démocratiques pour les citoyens russes. "Les Russes des quatre coins du pays, peu importe leur milieu, doivent pouvoir se rendre aux Jeux. C'est dans ce but que nous avons mis en place une politique de prix très flexible", a affirmé Vladimir Poutine en novembre dernier. Depuis plusieurs mois, les spots publicitaires pour les JO d'hiver tournent en boucle sur toutes les chaînes de télévision russes, les hôtels proposent des séjours à prix cassés et les tickets pour les Jeux ne dépassent pas la centaine d'euros pour les Russes. "Les Jeux de Sotchi sont l'occasion pour le gouvernement de s'offrir une campagne publicitaire au niveau national qui devrait contrebalancer la baisse de la cote de popularité du président et l'ampleur des manifestations de l'opposition au cours des dernières années", explique Xavier Follebouckt (UCL). "Les autorités russes n'ont pas voulu reproduire le flop des championnats du monde d'athlétisme qui se sont tenus en août à Moscou. Trop peu de Russes ont eu l'occasion de s'y rendre à cause des prix trop élevés et de l'excès de contrôles de sécurité", rappelle Nina Bachkatov (ULG). "On voit une réelle évolution dans la politique de Vladimir Poutine; une volonté d'inclure la population russe afin de gagner en popularité. L'exemple des prix démocratiques des tickets pour Sotchi est véritablement un geste populaire." Mais les déclarations de Vladimir Poutine sont à relativiser. "C'est une politique de façade. M. Poutine sait très bien que tous les Russes ne peuvent pas se payer le déplacement jusqu'à Sotchi. Les JO ne sont pas accessibles à tous. Mais c'est ce qu'il veut leur faire croire", estime M. Follebouckt. A la mi-janvier, il semble que 65% des places seulement avaient été écoulées, le taux normal à ce stade étant de 85% selon Jean-Loup Chapelet, co-auteur de "Le marketing olympique" (éditions De Boeck). Il restait même des places pour la cérémonie d'ouverture. (Belga)