De retour d'une mission de 166 jours à bord de la Station spatiale internationale (ISS), le Russe Fiodor Iourtchikhine, l'Italien Lucas Parmitano et l'Américaine Karen Nyberg sont revenus sur Terre comme prévu, à 02H49 GMT (03h49 heure belge), avec la torche olympique, sortie dans l'espace samedi pour la première fois de l'histoire. La "torche spatiale" -- l'une des 16.000 torches du relais qui a débuté il y a un mois en Russie pour le parcours le plus long de l'histoire olympique (65.000 km) jusqu'aux JO -- sera utilisée pour allumer la flamme lors de la cérémonie d'ouverture le 7 février 2014 à Sotchi. Outre l'espace, le flambeau olympique fera également étape dans les profondeurs du lac Baïkal (Sibérie) et au sommet du mont Elbrouz (Caucase, 5.633 m) après avoir déjà voyagé au pôle Nord à bord d'un brise-glace à propulsion nucléaire, au cours d'un périple de 123 jours entamé le 7 octobre à Moscou, et qui s'achèvera lors de la cérémonie d'ouverture des jeux, le 7 février 2014. (Belga)

De retour d'une mission de 166 jours à bord de la Station spatiale internationale (ISS), le Russe Fiodor Iourtchikhine, l'Italien Lucas Parmitano et l'Américaine Karen Nyberg sont revenus sur Terre comme prévu, à 02H49 GMT (03h49 heure belge), avec la torche olympique, sortie dans l'espace samedi pour la première fois de l'histoire. La "torche spatiale" -- l'une des 16.000 torches du relais qui a débuté il y a un mois en Russie pour le parcours le plus long de l'histoire olympique (65.000 km) jusqu'aux JO -- sera utilisée pour allumer la flamme lors de la cérémonie d'ouverture le 7 février 2014 à Sotchi. Outre l'espace, le flambeau olympique fera également étape dans les profondeurs du lac Baïkal (Sibérie) et au sommet du mont Elbrouz (Caucase, 5.633 m) après avoir déjà voyagé au pôle Nord à bord d'un brise-glace à propulsion nucléaire, au cours d'un périple de 123 jours entamé le 7 octobre à Moscou, et qui s'achèvera lors de la cérémonie d'ouverture des jeux, le 7 février 2014. (Belga)