Tout simplement trop fort, le Canada a offert un magnifique ballet, laissant muet les 11.076 spectateurs, pour devenir avec neuf sacres, le pays le plus titré du hockey olympique, devant les huit médailles d'or de l'URSS (puis équipe unifiée en 1992). Le gardien "King" Henrik Lundqvist a multiplié les exploits, mais la Suède, privée de ses deux meilleurs attaquants, Backstrom (qui aurait subi un contrôle anti-dopage positif) et Zetterberg, officiellement blessés, a fini par céder. Jonathan Toews brisa la glace d'une petite déviation en première période. Le capitaine Sidney Crosby, héros de la finale de Vancouver, mais muet jusque là à Sotchi, ouvrit ensuite enfin son compteur personnel. Dans le dernier tiers, Chris Kunitz expédia un laser dans la lucarne suédoise, tandis qu'en face, le dernier rempart canadien Carey Price tenait bon. La Finlande a fait aussi bien qu'à Vancouver en décrochant le bronze aux dépens des Etats-Unis dans la petite finale (5-0). Les Finlandais avaient auparavant brisé le parcours des Russes en 1/4 de finale (3-1). La génération dorée des Ovechkin, Malkin, Radulov repart bredouille, comme en 2006 et 2010. "Le plus beau rêve sportif dans l'histoire de la Russie contemporaine s'est envolé", déplorait la presse russe au lendemain du camouflet. (Belga)

Tout simplement trop fort, le Canada a offert un magnifique ballet, laissant muet les 11.076 spectateurs, pour devenir avec neuf sacres, le pays le plus titré du hockey olympique, devant les huit médailles d'or de l'URSS (puis équipe unifiée en 1992). Le gardien "King" Henrik Lundqvist a multiplié les exploits, mais la Suède, privée de ses deux meilleurs attaquants, Backstrom (qui aurait subi un contrôle anti-dopage positif) et Zetterberg, officiellement blessés, a fini par céder. Jonathan Toews brisa la glace d'une petite déviation en première période. Le capitaine Sidney Crosby, héros de la finale de Vancouver, mais muet jusque là à Sotchi, ouvrit ensuite enfin son compteur personnel. Dans le dernier tiers, Chris Kunitz expédia un laser dans la lucarne suédoise, tandis qu'en face, le dernier rempart canadien Carey Price tenait bon. La Finlande a fait aussi bien qu'à Vancouver en décrochant le bronze aux dépens des Etats-Unis dans la petite finale (5-0). Les Finlandais avaient auparavant brisé le parcours des Russes en 1/4 de finale (3-1). La génération dorée des Ovechkin, Malkin, Radulov repart bredouille, comme en 2006 et 2010. "Le plus beau rêve sportif dans l'histoire de la Russie contemporaine s'est envolé", déplorait la presse russe au lendemain du camouflet. (Belga)