Souvenons-nous, l'Espagne championne du monde avait perdu son premier match sur le score de 1-0 face à la Suisse. Ici , l'équipe nationale olympique s'est inclinée face au Japon par le plus petit écart. Une coïncidence ? Certainement, car une grande différence sépare ces deux formations : les jeunes Espagnols font bien moins peur que leurs aînés.

Fébrile défensivement, la "Rojita" a rapidement été submergée par les assauts japonais. Réduits à 10, suite à l'exclusion d'Inigo Martinez (41e), les Espagnols n'ont plus touché le ballon et l'addition aurait pu être bien plus corsée sans un David De Gea en grande forme. Prochain rendez-vous pour la "Rojita", dimanche face au Honduras. La victoire est impérative.

La deuxième surprise de la journée de jeudi est venue du match nul entre la Grande-Bretagne et le Sénégal. Devant 70.000 spectateurs acquis à sa cause, l'équipe britannique n'a pas su faire mieux qu'un nul (1-1) face à Cheikhou Kouyaté et ses compatriotes.

Réunir des joueurs de quatre pays distincts autour d'un seul et même drapeau pour ces JO, c'est un exploit qui datait de 1960. Une réussite ? Demandez à Ryan Giggs et Craig Bellamy, tous deux Gallois, s'ils ont entonné le "God Save the Queen". À défaut de chanter, Bellamy a tout de même marqué, mais la baisse de régime de la Team GB leur a coûté des points, Konaté égalisant à 10 minutes du terme.

Autre équipe capable de remporter le tournoi olympique, le Brésil s'est, quant à lui, imposé 3-2 face à l'Egypte. Après une première mi-temps rondement menée (3-0), la Seleçao s'est relâchée en seconde période. La phase de poule devrait être une formalité pour Neymar (auteur du dernier but) et ses copains. Dans le même groupe, l'Uruguay, adversaire des Britanniques ce dimanche, a difficilement battu les Emirats Arabes Unis.

Dans le groupe B, ce fut une "journée pour rien" avec Mexique - Corée du Sud (0-0) et Gabon-Suisse (1- 1).

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Souvenons-nous, l'Espagne championne du monde avait perdu son premier match sur le score de 1-0 face à la Suisse. Ici , l'équipe nationale olympique s'est inclinée face au Japon par le plus petit écart. Une coïncidence ? Certainement, car une grande différence sépare ces deux formations : les jeunes Espagnols font bien moins peur que leurs aînés. Fébrile défensivement, la "Rojita" a rapidement été submergée par les assauts japonais. Réduits à 10, suite à l'exclusion d'Inigo Martinez (41e), les Espagnols n'ont plus touché le ballon et l'addition aurait pu être bien plus corsée sans un David De Gea en grande forme. Prochain rendez-vous pour la "Rojita", dimanche face au Honduras. La victoire est impérative. La deuxième surprise de la journée de jeudi est venue du match nul entre la Grande-Bretagne et le Sénégal. Devant 70.000 spectateurs acquis à sa cause, l'équipe britannique n'a pas su faire mieux qu'un nul (1-1) face à Cheikhou Kouyaté et ses compatriotes. Réunir des joueurs de quatre pays distincts autour d'un seul et même drapeau pour ces JO, c'est un exploit qui datait de 1960. Une réussite ? Demandez à Ryan Giggs et Craig Bellamy, tous deux Gallois, s'ils ont entonné le "God Save the Queen". À défaut de chanter, Bellamy a tout de même marqué, mais la baisse de régime de la Team GB leur a coûté des points, Konaté égalisant à 10 minutes du terme. Autre équipe capable de remporter le tournoi olympique, le Brésil s'est, quant à lui, imposé 3-2 face à l'Egypte. Après une première mi-temps rondement menée (3-0), la Seleçao s'est relâchée en seconde période. La phase de poule devrait être une formalité pour Neymar (auteur du dernier but) et ses copains. Dans le même groupe, l'Uruguay, adversaire des Britanniques ce dimanche, a difficilement battu les Emirats Arabes Unis. Dans le groupe B, ce fut une "journée pour rien" avec Mexique - Corée du Sud (0-0) et Gabon-Suisse (1- 1). Sportfootmagazine.be, avec Belga