Jacques Rogge, 71 ans, ancien chirurgien orthopédique, s'est bien gardé d'émettre le moindre commentaire sur les villes candidates aux jeux Olympiques d'été de 2020 ou l'un des six prétendants qui visent sa succession. Mais à six jours d'achever ses 12 ans de présidence, le natif de Gand est sorti de son habituelle réserve lors de son ultime conférence de presse: "ce sera émouvant de ne pas plus être en charge du CIO. Mais je pars sans nostalgie. Je resterai associé au CIO comme membre d'honneur. Alors ce n'est pas un adieu, pas 'adios' comme on dit en espagnol." Dressant un bref bilan de ses douze ans à la tête du CIO, il s'est montré satisfait de son travail. "J'ai fait mon devoir, j'ai fait ce que j'avais à faire. Si cela a été bénéfique au CIO, je suis heureux, mais ne me prenez pas pour un 'Docteur Miracle'", a déclaré M. Rogge. Il a ajouté ne pas toujours avoir eu de plaisir, même si l'expérience a été "définitivement excitante". Il a également évoqué le dopage, indiquant que, selon lui, le CIO a réalisé des progrès dans la lutte contre cette pratique. "Le dopage aujourd'hui est bien plus difficile qu'il y a 12 ans", a-t-il commenté. Jacques Rogge a succédé à Juan Antonio Samaranch à la tête du CIO le 16 juillet 2001. Il peut notamment mettre à son crédit l'organisation des premiers jeux Olympiques de la jeunesse en 2010. Sportif émérite, il a participé à trois éditions des jeux Olympiques (1968, 1972, 1976) en voile, sport dans lequel il a été champion du monde à une reprise, ainsi que seize fois champion de Belgique. Le Gantois a également porté à dix reprises le maillot de l'équipe nationale belge de rugby. (Belga)

Jacques Rogge, 71 ans, ancien chirurgien orthopédique, s'est bien gardé d'émettre le moindre commentaire sur les villes candidates aux jeux Olympiques d'été de 2020 ou l'un des six prétendants qui visent sa succession. Mais à six jours d'achever ses 12 ans de présidence, le natif de Gand est sorti de son habituelle réserve lors de son ultime conférence de presse: "ce sera émouvant de ne pas plus être en charge du CIO. Mais je pars sans nostalgie. Je resterai associé au CIO comme membre d'honneur. Alors ce n'est pas un adieu, pas 'adios' comme on dit en espagnol." Dressant un bref bilan de ses douze ans à la tête du CIO, il s'est montré satisfait de son travail. "J'ai fait mon devoir, j'ai fait ce que j'avais à faire. Si cela a été bénéfique au CIO, je suis heureux, mais ne me prenez pas pour un 'Docteur Miracle'", a déclaré M. Rogge. Il a ajouté ne pas toujours avoir eu de plaisir, même si l'expérience a été "définitivement excitante". Il a également évoqué le dopage, indiquant que, selon lui, le CIO a réalisé des progrès dans la lutte contre cette pratique. "Le dopage aujourd'hui est bien plus difficile qu'il y a 12 ans", a-t-il commenté. Jacques Rogge a succédé à Juan Antonio Samaranch à la tête du CIO le 16 juillet 2001. Il peut notamment mettre à son crédit l'organisation des premiers jeux Olympiques de la jeunesse en 2010. Sportif émérite, il a participé à trois éditions des jeux Olympiques (1968, 1972, 1976) en voile, sport dans lequel il a été champion du monde à une reprise, ainsi que seize fois champion de Belgique. Le Gantois a également porté à dix reprises le maillot de l'équipe nationale belge de rugby. (Belga)