"L'affaire Armstrong est une grande déception. Tout vient maintenant à la lumière et la quantité de preuves est choquante", déclare Jacques Rogge. Que le cyclisme soit de nouveau dans l'oeil du cyclone est une affaire regrettable. Selon lui, l'UCI fait ce qu'elle peut. "Les cyclisme est malheureusement souvent frappé par des grands scandales. L'UCI a toujours pris les devants dans la lutte conte le dopage. C'est une des premières organisations qui a introduit le passeport biologique. Des contrôles sont effectués tout au long de l'année. Il y a dix ans, l'UCI disposait de moyens limités. Aujourd'hui le dépistage de l'EPO est beaucoup plus efficace et les transfusions sanguines peuvent être détectées. De plus, le passeport biologique semble un moyen très efficace." Pas question toutefois d'écarter le cyclisme des Jeux Olympiques. "Il serait injuste de pénaliser la grande majorité des athlètes propres si on devait interdire l'UCI des Jeux. Les tricheurs peuvent être écartés de différentes manières. On peut par exemple prendre des sanctions plus strictes ce qui pourrait avoir un effet dissuasif." Jacques Rogge attend la décision de l'UCI vendredi avant de décider si Lance Armstrong devra rendre sa médaille de bronze remportée dans le contre-la-montre des JO de Sydney en 2000. (LIONEL BONAVENTURE)

"L'affaire Armstrong est une grande déception. Tout vient maintenant à la lumière et la quantité de preuves est choquante", déclare Jacques Rogge. Que le cyclisme soit de nouveau dans l'oeil du cyclone est une affaire regrettable. Selon lui, l'UCI fait ce qu'elle peut. "Les cyclisme est malheureusement souvent frappé par des grands scandales. L'UCI a toujours pris les devants dans la lutte conte le dopage. C'est une des premières organisations qui a introduit le passeport biologique. Des contrôles sont effectués tout au long de l'année. Il y a dix ans, l'UCI disposait de moyens limités. Aujourd'hui le dépistage de l'EPO est beaucoup plus efficace et les transfusions sanguines peuvent être détectées. De plus, le passeport biologique semble un moyen très efficace." Pas question toutefois d'écarter le cyclisme des Jeux Olympiques. "Il serait injuste de pénaliser la grande majorité des athlètes propres si on devait interdire l'UCI des Jeux. Les tricheurs peuvent être écartés de différentes manières. On peut par exemple prendre des sanctions plus strictes ce qui pourrait avoir un effet dissuasif." Jacques Rogge attend la décision de l'UCI vendredi avant de décider si Lance Armstrong devra rendre sa médaille de bronze remportée dans le contre-la-montre des JO de Sydney en 2000. (LIONEL BONAVENTURE)