La désignation, par Anderlecht, du joueur appelé à affronter les médias lors de la conférence de presse précédant le match de Coupe de Belgique contre Rupel-Boom, en dit long sur les intentions d'Ariel Jacobs de faire tourner son effectif, puisque c'est le jeune Dennis Praet, 17 ans, qui a été invité à répondre aux questions des journalistes. "Un grand talent", reconnaît Jacobs. "A qui je le comparerais ? A lui-même ! Chaque joueur est unique, avec ses qualités et ses défauts."

Le jeune homme, encore fluet, avait délivré deux assists lors de la victoire à Lommel au tour précédent. "Dans ma position de milieu offensif, c'est mon rôle d'adresser des passes décisives", explique-t-il. "Si j'ai été déçu de retrouver le banc et l'équipe des Espoirs après cette première titularisation ? Non, je suis déjà heureux que l'entraîneur me fasse confiance en Coupe et je saurai me montrer patient. J'ai aussi un autre objectif à réaliser : terminer mes études."

Contrairement à ce que certains journaux ont laissé entendre, Anderlecht n'a pas l'intention de prêter son petit joyau en janvier.

Le match contre Rupel Boom n'a pas été inversé : c'est le tirage au sort qui a voulu qu'il se dispute au Parc Astrid. Mais Jacobs s'est fendu d'une réflexion intéressante, que nous partageons : "Autant j'estime que le championnat est une compétition de longue haleine qui doit couronner l'équipe la plus régulière, autant j'estime que la Coupe est une compétition par élimination directe et que les surprises font partie de son charme. Je serais partisan de voir, jusqu'à un certain stade de l'épreuve, le petit évoluer systématiquement à domicile, comme cela se fait en Allemagne."

Daniel Devos, Sport/Foot Magazine

La désignation, par Anderlecht, du joueur appelé à affronter les médias lors de la conférence de presse précédant le match de Coupe de Belgique contre Rupel-Boom, en dit long sur les intentions d'Ariel Jacobs de faire tourner son effectif, puisque c'est le jeune Dennis Praet, 17 ans, qui a été invité à répondre aux questions des journalistes. "Un grand talent", reconnaît Jacobs. "A qui je le comparerais ? A lui-même ! Chaque joueur est unique, avec ses qualités et ses défauts." Le jeune homme, encore fluet, avait délivré deux assists lors de la victoire à Lommel au tour précédent. "Dans ma position de milieu offensif, c'est mon rôle d'adresser des passes décisives", explique-t-il. "Si j'ai été déçu de retrouver le banc et l'équipe des Espoirs après cette première titularisation ? Non, je suis déjà heureux que l'entraîneur me fasse confiance en Coupe et je saurai me montrer patient. J'ai aussi un autre objectif à réaliser : terminer mes études." Contrairement à ce que certains journaux ont laissé entendre, Anderlecht n'a pas l'intention de prêter son petit joyau en janvier. Le match contre Rupel Boom n'a pas été inversé : c'est le tirage au sort qui a voulu qu'il se dispute au Parc Astrid. Mais Jacobs s'est fendu d'une réflexion intéressante, que nous partageons : "Autant j'estime que le championnat est une compétition de longue haleine qui doit couronner l'équipe la plus régulière, autant j'estime que la Coupe est une compétition par élimination directe et que les surprises font partie de son charme. Je serais partisan de voir, jusqu'à un certain stade de l'épreuve, le petit évoluer systématiquement à domicile, comme cela se fait en Allemagne." Daniel Devos, Sport/Foot Magazine