"Imposteurs! ", "Indigne! ", "Lamentable! ". La presse française de vendredi n'a pas de mots assez dur pour qualifier la désastreuse prestation de l'équipe de France contre le Mexique (0-2), jeudi soir à Polokwane, qui l'élimine pratiquement du Mondial.

"La nullité de l'équipe de France dément tous les discours tenus par Raymond Domenech et ses joueurs sur leur force de caractère et leur capacité de réaction", écrit l'Equipe. "Ce matin", ajoute le quotidien sportif, "la France contemple un champ de ruines: son équipe nationale".

Sous le titre, "les Bleus au fond du gouffre", le Figaro estime qu'"on ne voit pas comment cette équipe sans moelle ni âme peut espérer un miracle". "Il faudrait que les dieux du football soient tombés sur la tête pour sauver une sélection française qui ne mérite que l'opprobe", ajoute le journal. Libération parle de "cauchemar bleu" et de "nettoyage aztèque. Pour le journal, "complètement dépassés, les Bleus ont aussi failli individuellement". "Ce résultat est-il vraiment étonnant ? ", poursuit le quotidien. "Comment une sélection qui ne régale jamais peut-elle se transformer en usine à rêves du jour au lendemain? Par la magie de joueurs qui ne s'entendent pas? Par le savoir d'un sélectionneur qui tatônne encore et toujours?".

Pour France Soir, "les Bleus ont fait honte à leur maillot". "La qualification s'éloigne après ce fiasco rentissant qui devrait laisser des traces durables dans un groupe miné par les clans".

Et c'est vrai que la qualification est désormais bien loin. Car non seulement la France devra impérativement battre l'Afrique du Sud, mais en plus elle devra compter sur une double condition: que le match Uruguay-Mexique ne se solde pas par un nul, et que la différence de buts entre elle et le vaincu du duel latino-américain lui soit favorable...

Dur dur, dans ces conditions, de préparer le dernier match sereinement. Raymond Domenech, le sélectionneur français très critiqué dès avant cette Coupe du monde, y perd d'ailleurs son latin. "Je n'ai pas de mot. C'est une vraie déception, pour tout le monde, pour ceux qui y croyaient. Cela a basculé sur un coup du sort, mais c'est comme ça. On n'a pas réussi à redresser la barre, et à réagir. (...) Il y a de bonnes intentions, de l'envie, mais il y a toujours quelque chose qui coince, qui ne réussit pas à fonctionner. C'est vraiment plus qu'une énorme déception, je n'ai pas les mots pour l'exprimer. Je suis comme les Français, les gens dans les tribunes, c'est plus que décevant. (...) Il reste un match, mais ça tient du miracle. Il va falloir être costaud et jouer au moins pour l'honneur en se disant que l'on a quelque chose à jouer. On doit au moins montrer quelque chose sur ce dernier match. Quand ça dépend des autres, il n'y a plus rien à dire. Là il fallait faire au moins match nul pour que cela dépende de nous, on n'a pas pu le faire. Dès fois, j'ai une capacité de réaction, mais là j'ai rien à dire. C'est comme ça..."

Raymond Domenech jouera probablement son dernier match à la tête de l'équipe de France contre l'Afrique du Sud, mardi à 16h.

LeVif.be, avec Belga

"Imposteurs! ", "Indigne! ", "Lamentable! ". La presse française de vendredi n'a pas de mots assez dur pour qualifier la désastreuse prestation de l'équipe de France contre le Mexique (0-2), jeudi soir à Polokwane, qui l'élimine pratiquement du Mondial. "La nullité de l'équipe de France dément tous les discours tenus par Raymond Domenech et ses joueurs sur leur force de caractère et leur capacité de réaction", écrit l'Equipe. "Ce matin", ajoute le quotidien sportif, "la France contemple un champ de ruines: son équipe nationale". Sous le titre, "les Bleus au fond du gouffre", le Figaro estime qu'"on ne voit pas comment cette équipe sans moelle ni âme peut espérer un miracle". "Il faudrait que les dieux du football soient tombés sur la tête pour sauver une sélection française qui ne mérite que l'opprobe", ajoute le journal. Libération parle de "cauchemar bleu" et de "nettoyage aztèque. Pour le journal, "complètement dépassés, les Bleus ont aussi failli individuellement". "Ce résultat est-il vraiment étonnant ? ", poursuit le quotidien. "Comment une sélection qui ne régale jamais peut-elle se transformer en usine à rêves du jour au lendemain? Par la magie de joueurs qui ne s'entendent pas? Par le savoir d'un sélectionneur qui tatônne encore et toujours?". Pour France Soir, "les Bleus ont fait honte à leur maillot". "La qualification s'éloigne après ce fiasco rentissant qui devrait laisser des traces durables dans un groupe miné par les clans". Et c'est vrai que la qualification est désormais bien loin. Car non seulement la France devra impérativement battre l'Afrique du Sud, mais en plus elle devra compter sur une double condition: que le match Uruguay-Mexique ne se solde pas par un nul, et que la différence de buts entre elle et le vaincu du duel latino-américain lui soit favorable... Dur dur, dans ces conditions, de préparer le dernier match sereinement. Raymond Domenech, le sélectionneur français très critiqué dès avant cette Coupe du monde, y perd d'ailleurs son latin. "Je n'ai pas de mot. C'est une vraie déception, pour tout le monde, pour ceux qui y croyaient. Cela a basculé sur un coup du sort, mais c'est comme ça. On n'a pas réussi à redresser la barre, et à réagir. (...) Il y a de bonnes intentions, de l'envie, mais il y a toujours quelque chose qui coince, qui ne réussit pas à fonctionner. C'est vraiment plus qu'une énorme déception, je n'ai pas les mots pour l'exprimer. Je suis comme les Français, les gens dans les tribunes, c'est plus que décevant. (...) Il reste un match, mais ça tient du miracle. Il va falloir être costaud et jouer au moins pour l'honneur en se disant que l'on a quelque chose à jouer. On doit au moins montrer quelque chose sur ce dernier match. Quand ça dépend des autres, il n'y a plus rien à dire. Là il fallait faire au moins match nul pour que cela dépende de nous, on n'a pas pu le faire. Dès fois, j'ai une capacité de réaction, mais là j'ai rien à dire. C'est comme ça..." Raymond Domenech jouera probablement son dernier match à la tête de l'équipe de France contre l'Afrique du Sud, mardi à 16h.LeVif.be, avec Belga