Je vais évidemment évoquer le reportage de l'émission de la VRT Panorama sur l'argent noir qui circule dans le foot belge. Je suis effaré de voir que l'Union Belge, dans son communiqué qui a suivi la diffusion du programme, s'étonne de l'ampleur inquiétante de ce phénomène. Tout le monde sait depuis des années que ça existe. C'est un fait de société et malheureusement c'est très difficile d'éviter ça. Bien sûr ce n'est pas l'Union belge qui est fautive mais il ne faut pas jouer à la vierge effarouchée. Ce sont principalement les dirigeants des clubs provinciaux qui doivent rendre des comptes. Quand je vois que certains clubs de P2 arrivent à offrir des salaires de 2.000 - 2.500 euros par mois, ça ne m'étonne pas que les mecs préfèrent jouer à un niveau inférieur. Cela va à l'encontre de la philosophie du football. Plutôt que de miser sur des mercenaires pour la gagne, nos petits clubs devraient jouer la carte des jeunes, de la formation. C'est à eux de changer de comportement. Le mec qui travaille toute la semaine et qui sait un peu jouer au foot, on ne peut pas le blâmer d'aller prendre de l'argent là où on lui en donne !

Dimanche dernier, j'ai participé à l'émission Controverse sur la violence dans le milieu du foot, avec notamment David Delferière, le Vice-président de l'Union belge ou encore Jérôme Nzolo. Christian Modave, le Président du Comité d'Appel de l'Union belge, m'a expliqué que des sanctions sévères étaient prises en cas de violence chez les jeunes et dans les divisions inférieures. C'est une bonne chose. Monsieur Modave fait très bien son boulot mais malheureusement ça ne suffit pas. Dans le monde professionnel, il faut que ça suive aussi et ce n'est pas le cas. Mohamed Aoulad n'a eu qu'un match de suspension par son club pour son comportement. Pourtant, les Jonathan Legear et Aoulad, c'est eux que les jeunes voient à la tv et c'est eux qui ont valeur d'exemple. A force de laisser passer ce genre de choses, tout devient banal. Il faut que ça vienne d'en-haut. Il est important de conscientiser tous les clubs. C'est à eux de prendre des sanctions à l'encontre des parents ou des jeunes qui ont des comportements inacceptables.

Je voudrais aussi revenir sur les casseurs du Sporting Charleroi. Il est grand temps que les clubs prennent leurs responsabilités dans ces cas-là. Il y a des caméras dans les stades, il faut transmettre les images à la police fédérale et sanctionner à vie ces pseudo-supporters. Le PSG a pris ça à bras le corps après l'affaire de la banderole contre les Ch'tis et le noyau dur a été éradiqué. Il ne faut évidemment pas stigmatiser tous les supporters et c'est pour ça qu'il faut punir les quelques crétins.

J'aimerais d'ailleurs que Fabien Debecq montre qu'il est le chef à Charleroi et prenne la parole sur toutes ces histoires. On a dit à son arrivée qu'une nouvelle ère commençait, tu parles ! On n'a pas entendu un mot de désolation de sa part sur l'affaire Aoulad. Il faudrait aussi qu'il fustige les mauvais supporters. Il se doit de dire stop. Pour la ville, pour le club et pour lui-même. Il faut arrêter la politique de l'autruche.

Je trouve d'ailleurs qu'il serait bon de réinstaller le conseil d'éthique qui avait été mis en place et lui donner du poids cette fois. On a un problème de dirigeants. Dans le foot belge, ce sont constamment les mêmes qui sont juge et partie. Les clubs travaillent avec les mêmes agents, les mêmes avocats les défendent et les preneurs de décisions sont encore les mêmes. Il est temps que ça cesse.

Propos recueillis par Jules Monnier

Je vais évidemment évoquer le reportage de l'émission de la VRT Panorama sur l'argent noir qui circule dans le foot belge. Je suis effaré de voir que l'Union Belge, dans son communiqué qui a suivi la diffusion du programme, s'étonne de l'ampleur inquiétante de ce phénomène. Tout le monde sait depuis des années que ça existe. C'est un fait de société et malheureusement c'est très difficile d'éviter ça. Bien sûr ce n'est pas l'Union belge qui est fautive mais il ne faut pas jouer à la vierge effarouchée. Ce sont principalement les dirigeants des clubs provinciaux qui doivent rendre des comptes. Quand je vois que certains clubs de P2 arrivent à offrir des salaires de 2.000 - 2.500 euros par mois, ça ne m'étonne pas que les mecs préfèrent jouer à un niveau inférieur. Cela va à l'encontre de la philosophie du football. Plutôt que de miser sur des mercenaires pour la gagne, nos petits clubs devraient jouer la carte des jeunes, de la formation. C'est à eux de changer de comportement. Le mec qui travaille toute la semaine et qui sait un peu jouer au foot, on ne peut pas le blâmer d'aller prendre de l'argent là où on lui en donne !Dimanche dernier, j'ai participé à l'émission Controverse sur la violence dans le milieu du foot, avec notamment David Delferière, le Vice-président de l'Union belge ou encore Jérôme Nzolo. Christian Modave, le Président du Comité d'Appel de l'Union belge, m'a expliqué que des sanctions sévères étaient prises en cas de violence chez les jeunes et dans les divisions inférieures. C'est une bonne chose. Monsieur Modave fait très bien son boulot mais malheureusement ça ne suffit pas. Dans le monde professionnel, il faut que ça suive aussi et ce n'est pas le cas. Mohamed Aoulad n'a eu qu'un match de suspension par son club pour son comportement. Pourtant, les Jonathan Legear et Aoulad, c'est eux que les jeunes voient à la tv et c'est eux qui ont valeur d'exemple. A force de laisser passer ce genre de choses, tout devient banal. Il faut que ça vienne d'en-haut. Il est important de conscientiser tous les clubs. C'est à eux de prendre des sanctions à l'encontre des parents ou des jeunes qui ont des comportements inacceptables. Je voudrais aussi revenir sur les casseurs du Sporting Charleroi. Il est grand temps que les clubs prennent leurs responsabilités dans ces cas-là. Il y a des caméras dans les stades, il faut transmettre les images à la police fédérale et sanctionner à vie ces pseudo-supporters. Le PSG a pris ça à bras le corps après l'affaire de la banderole contre les Ch'tis et le noyau dur a été éradiqué. Il ne faut évidemment pas stigmatiser tous les supporters et c'est pour ça qu'il faut punir les quelques crétins. J'aimerais d'ailleurs que Fabien Debecq montre qu'il est le chef à Charleroi et prenne la parole sur toutes ces histoires. On a dit à son arrivée qu'une nouvelle ère commençait, tu parles ! On n'a pas entendu un mot de désolation de sa part sur l'affaire Aoulad. Il faudrait aussi qu'il fustige les mauvais supporters. Il se doit de dire stop. Pour la ville, pour le club et pour lui-même. Il faut arrêter la politique de l'autruche. Je trouve d'ailleurs qu'il serait bon de réinstaller le conseil d'éthique qui avait été mis en place et lui donner du poids cette fois. On a un problème de dirigeants. Dans le foot belge, ce sont constamment les mêmes qui sont juge et partie. Les clubs travaillent avec les mêmes agents, les mêmes avocats les défendent et les preneurs de décisions sont encore les mêmes. Il est temps que ça cesse. Propos recueillis par Jules Monnier