"Nous avons terminé 9es il y a quatre ans à Pékin. Notre ambition est de faire mieux", a déclaré Briels mardi lors de la présentation de l'équipe à Boom. La Belgique, 11e nation mondiale, a été versée dans la même poule que l'Allemagne (2e), championne olympique, les Pays-Bas (3e), la Corée du Sud (6e), la Nouvelle-Zélande (7e) et l'Inde (10e).

"C'est sans aucun doute la poule la plus difficile des deux. Il n'y a que des pays du top, mais c'est un beau défi. Tout le monde peut battre tout le monde, même si les Allemands et les Néerlandais font figure de favoris. Nous pourrons viser le top 8. Ça serait beau", déclare le hockeyeur.

"Débuter face à l'Allemagne ? Un avantage"

Selon Thomas Briels, le premier match contre l'Allemagne servira de baromètre aux Red Lions. "C'est une équipe qui nous convient. Nous avions joué notre premier match contre eux il y a quatre ans à Pékin. Le score avait été de 1-1. Ils ont ensuite décroché la médaille d'or. L'Allemagne est une équipe qui se bonifie au cours du tournoi, c'est donc un avantage de les affronter au début."

Thomas Briels estime que les Red Lions sont encore loin de leur plafond. "C'est incroyable que nous ayons pu nous qualifier pour les Jeux il y a quatre ans. Cela faisait 32 ans qu'une équipe de hockey n'était plus allée aux Jeux, personne ne s'y attendait. Nous étions encore très jeunes. Si nous continuons à suivre cette courbe ascendante et que nous gardons le même groupe, nous pouvons espérer être encore plus forts aux Jeux de Rio", conclut l'international belge.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

"Nous avons terminé 9es il y a quatre ans à Pékin. Notre ambition est de faire mieux", a déclaré Briels mardi lors de la présentation de l'équipe à Boom. La Belgique, 11e nation mondiale, a été versée dans la même poule que l'Allemagne (2e), championne olympique, les Pays-Bas (3e), la Corée du Sud (6e), la Nouvelle-Zélande (7e) et l'Inde (10e). "C'est sans aucun doute la poule la plus difficile des deux. Il n'y a que des pays du top, mais c'est un beau défi. Tout le monde peut battre tout le monde, même si les Allemands et les Néerlandais font figure de favoris. Nous pourrons viser le top 8. Ça serait beau", déclare le hockeyeur. "Débuter face à l'Allemagne ? Un avantage" Selon Thomas Briels, le premier match contre l'Allemagne servira de baromètre aux Red Lions. "C'est une équipe qui nous convient. Nous avions joué notre premier match contre eux il y a quatre ans à Pékin. Le score avait été de 1-1. Ils ont ensuite décroché la médaille d'or. L'Allemagne est une équipe qui se bonifie au cours du tournoi, c'est donc un avantage de les affronter au début." Thomas Briels estime que les Red Lions sont encore loin de leur plafond. "C'est incroyable que nous ayons pu nous qualifier pour les Jeux il y a quatre ans. Cela faisait 32 ans qu'une équipe de hockey n'était plus allée aux Jeux, personne ne s'y attendait. Nous étions encore très jeunes. Si nous continuons à suivre cette courbe ascendante et que nous gardons le même groupe, nous pouvons espérer être encore plus forts aux Jeux de Rio", conclut l'international belge.Sportfootmagazine.be, avec Belga