En 2001, après une campagne euphorique en Ligue des Champions, marquée entre autres par des succès contre Manchester United, le Real Madrid et la Lazio Rome, le RSCA s'était retrouvé complètement exsangue à gauche puisqu'il avait perdu sur cette aile Didier Dheedene (transféré à l'Austria Vienne), Bart Goor (passé au Hertha Berlin) et Tomasz Radzinski (parti à Everton).

Neuf ans plus tard, une même saignée risque bel et bien de se produire. Car après Jelle Van Damme, acquis par Wolverhampton, c'est au tour de Mbark Boussoufa de susciter les convoitises, tant en Angleterre (Aston Villa) qu'en Allemagne (Bayer Leverkusen). Et le Marocain, encore indécis il y a quelques semaines, ne se montre manifestement plus réfractaire, cette fois, à un départ.

Du coup, les Bruxellois pourraient perdre deux éléments parmi les plus influents de leur effectif. Buts et assists confondus, Bous avait contribué la saison passée à plus de 40% de la percussion anderlechtoise. Quant à son compère, il avait quasi plié à lui seul les playoffs, inscrivant 7 buts en 10 matches. Si la direction se fait fort d'avoir des solutions de rechange (avec l'Egyptien Mahmoud Shikabala et le revenant Jan Polak entre autres), il n'en reste pas moins qu'en cas de départs conjugués, les Mauves devront reconstruire à gauche. Ce qui n'est pas l'idéal pour un club qui nourrit des ambitions européennes en 2010-11.

Bruno Govers

En 2001, après une campagne euphorique en Ligue des Champions, marquée entre autres par des succès contre Manchester United, le Real Madrid et la Lazio Rome, le RSCA s'était retrouvé complètement exsangue à gauche puisqu'il avait perdu sur cette aile Didier Dheedene (transféré à l'Austria Vienne), Bart Goor (passé au Hertha Berlin) et Tomasz Radzinski (parti à Everton). Neuf ans plus tard, une même saignée risque bel et bien de se produire. Car après Jelle Van Damme, acquis par Wolverhampton, c'est au tour de Mbark Boussoufa de susciter les convoitises, tant en Angleterre (Aston Villa) qu'en Allemagne (Bayer Leverkusen). Et le Marocain, encore indécis il y a quelques semaines, ne se montre manifestement plus réfractaire, cette fois, à un départ. Du coup, les Bruxellois pourraient perdre deux éléments parmi les plus influents de leur effectif. Buts et assists confondus, Bous avait contribué la saison passée à plus de 40% de la percussion anderlechtoise. Quant à son compère, il avait quasi plié à lui seul les playoffs, inscrivant 7 buts en 10 matches. Si la direction se fait fort d'avoir des solutions de rechange (avec l'Egyptien Mahmoud Shikabala et le revenant Jan Polak entre autres), il n'en reste pas moins qu'en cas de départs conjugués, les Mauves devront reconstruire à gauche. Ce qui n'est pas l'idéal pour un club qui nourrit des ambitions européennes en 2010-11. Bruno Govers