"A Florence, je veux courir comme au Grand Prix de Wallonie et rester tranquille jusqu'à trois tours de la fin où, j'espère, j'aurai la liberté d'ouvrir la course. Je veux toutefois rester réaliste car le peloton du Grand Prix de Wallonie n'est pas celui du championnat du monde. Pour moi, Philippe Gilbert reste le numéro un belge en Italie. C'est un garçon que j'apprécie. J'ai couru avec lui. Je veux vraiment donner le maximum pour lui." (Belga)

"A Florence, je veux courir comme au Grand Prix de Wallonie et rester tranquille jusqu'à trois tours de la fin où, j'espère, j'aurai la liberté d'ouvrir la course. Je veux toutefois rester réaliste car le peloton du Grand Prix de Wallonie n'est pas celui du championnat du monde. Pour moi, Philippe Gilbert reste le numéro un belge en Italie. C'est un garçon que j'apprécie. J'ai couru avec lui. Je veux vraiment donner le maximum pour lui." (Belga)