Qu'importe s'il s'agit de Holywood, Irlande du Nord, et non de Hollywood, Californie. Pour les gens de cette ville de 12.000 habitants, près de Belfast, le petit McIlroy a toujours été un enfant prodige, une star en devenir. A 2 ans, il tapait la petite balle blanche à plus de 35 mètres. Plus tard, il s'amusait à distraire les amis de ses parents en rentrant des chips dans le tambour de la machine à laver familiale en se tenant à l'autre bout du couloir.

Que le jeune homme a effectué dimanche une démonstration de golf digne des livres d'histoire sur le parcours du Congressional Golf Club, dans la banlieue de Washington, n'étonnera pas les premières personnes à l'avoir vu manier un club. Comme ses proches ne s'étaient pas étonnés de voir Tiger Woods s'adjuger son premier "Majeur" à 21 ans, un jour d'avril 1997 au Masters d'Augusta.

Joueurs, anciens joueurs, dirigeants, observateurs: tout le monde à Bethesda y est allé de sa comparaison avec Woods et, l'étoile du +Tigre+ ayant beaucoup pâli depuis 20 mois, sur et en dehors des greens, a évoqué le début d'une nouvelle ère du golf, celle de ces jeunots de moins de 30 ans qui ont raflé les quatre derniers tournois du Grand Chelem, McIlroy à leur tête.

"Oui, il a le potentiel pour être aussi bon que Woods, gagner quinze majeurs (le +Tigre+ en compte 14, ndlr)", assure Graeme McDowell, un autre golfeur de ce petit pays de 1,7 million d'habitants qu'est l'Irlande du nord, et auquel son ami McIlroy a d'ailleurs succédé au palmarès de l'US Open.

"Rory va être un grand ambassadeur du golf, il est un exemple pour les gamins car il joue le jeu tel qu'il doit être joué."

Poli, posé et mûr pour son âge, McIlroy n'est pas un monstre physique (1,75 m, 73 kg) mais compense par la pureté de son swing et sa confiance en lui.

"Meilleur que Tiger"

La nouvelle coqueluche du golf mondial est née d'une famille catholique qui a sacrifié beaucoup de temps et d'argent pour assouvir la passion de ce rejeton surdoué. A 16 ans, il faisait partie des meilleurs amateurs du monde et avait déjà gagné la Ryder Cup junior avec l'Europe.

Il a crevé l'écran pour la première fois en juillet 2007, à 18 ans, sur le difficile parcours de Carnoustie lors de l'Open de Grande-Bretagne. Malgré le vent et le froid, le gamin signa une carte de 68 (3 coups sous le par) au premier tour en étant le seul joueur à ne pas concéder de bogey ce jour-là.

Passé pro en septembre 2007, il a remporté son premier titre sur le circuit européen (EPGA) moins d'un an et demi après (Dubaï Desert Classic).

L'Américain Mark O'Meara, après avoir joué avec lui à Dubaï, avait affirmé: "En terme de contact club-balle, Rory est meilleur à 19 ans que ne l'était Tiger à 19 ans. Sa technique, je pense, est meilleure."

Un peu plus d'un an plus tard, McIlroy s'imposait pour la première fois sur le circuit américain (PGA), à Charlotte, en finissant sur une carte de 62 (10 sous le par), record du parcours pour un dernier tour. A deux jours de ses 21 ans, il devenait alors le plus jeune vainqueur d'un tournoi PGA depuis un certain Tiger Woods à Las Vegas en 1996 (20 ans, neuf mois et six jours).

Après son échec cuisant au Masters d'Augusta, en avril, où il s'effondra sur les neuf derniers trous après avoir mené la danse pendant 63 trous, avec quatre coups d'avance à l'entame de la dernière journée, sa précocité a fini par parler en Grand Chelem, au bon moment pour remplacer Woods dans les coeurs.

"Si vous cherchez quelqu'un pour battre les 18 victoires en Grand Chelem de Jack Nicklaus, Rory est votre homme, assène l'Irlandais Padraig Harrington. Il lui reste vingt et quelques années à jouer, soit une centaine de majeurs."

Avec Belga

Qu'importe s'il s'agit de Holywood, Irlande du Nord, et non de Hollywood, Californie. Pour les gens de cette ville de 12.000 habitants, près de Belfast, le petit McIlroy a toujours été un enfant prodige, une star en devenir. A 2 ans, il tapait la petite balle blanche à plus de 35 mètres. Plus tard, il s'amusait à distraire les amis de ses parents en rentrant des chips dans le tambour de la machine à laver familiale en se tenant à l'autre bout du couloir. Que le jeune homme a effectué dimanche une démonstration de golf digne des livres d'histoire sur le parcours du Congressional Golf Club, dans la banlieue de Washington, n'étonnera pas les premières personnes à l'avoir vu manier un club. Comme ses proches ne s'étaient pas étonnés de voir Tiger Woods s'adjuger son premier "Majeur" à 21 ans, un jour d'avril 1997 au Masters d'Augusta. Joueurs, anciens joueurs, dirigeants, observateurs: tout le monde à Bethesda y est allé de sa comparaison avec Woods et, l'étoile du +Tigre+ ayant beaucoup pâli depuis 20 mois, sur et en dehors des greens, a évoqué le début d'une nouvelle ère du golf, celle de ces jeunots de moins de 30 ans qui ont raflé les quatre derniers tournois du Grand Chelem, McIlroy à leur tête. "Oui, il a le potentiel pour être aussi bon que Woods, gagner quinze majeurs (le +Tigre+ en compte 14, ndlr)", assure Graeme McDowell, un autre golfeur de ce petit pays de 1,7 million d'habitants qu'est l'Irlande du nord, et auquel son ami McIlroy a d'ailleurs succédé au palmarès de l'US Open. "Rory va être un grand ambassadeur du golf, il est un exemple pour les gamins car il joue le jeu tel qu'il doit être joué." Poli, posé et mûr pour son âge, McIlroy n'est pas un monstre physique (1,75 m, 73 kg) mais compense par la pureté de son swing et sa confiance en lui. "Meilleur que Tiger" La nouvelle coqueluche du golf mondial est née d'une famille catholique qui a sacrifié beaucoup de temps et d'argent pour assouvir la passion de ce rejeton surdoué. A 16 ans, il faisait partie des meilleurs amateurs du monde et avait déjà gagné la Ryder Cup junior avec l'Europe. Il a crevé l'écran pour la première fois en juillet 2007, à 18 ans, sur le difficile parcours de Carnoustie lors de l'Open de Grande-Bretagne. Malgré le vent et le froid, le gamin signa une carte de 68 (3 coups sous le par) au premier tour en étant le seul joueur à ne pas concéder de bogey ce jour-là. Passé pro en septembre 2007, il a remporté son premier titre sur le circuit européen (EPGA) moins d'un an et demi après (Dubaï Desert Classic). L'Américain Mark O'Meara, après avoir joué avec lui à Dubaï, avait affirmé: "En terme de contact club-balle, Rory est meilleur à 19 ans que ne l'était Tiger à 19 ans. Sa technique, je pense, est meilleure." Un peu plus d'un an plus tard, McIlroy s'imposait pour la première fois sur le circuit américain (PGA), à Charlotte, en finissant sur une carte de 62 (10 sous le par), record du parcours pour un dernier tour. A deux jours de ses 21 ans, il devenait alors le plus jeune vainqueur d'un tournoi PGA depuis un certain Tiger Woods à Las Vegas en 1996 (20 ans, neuf mois et six jours). Après son échec cuisant au Masters d'Augusta, en avril, où il s'effondra sur les neuf derniers trous après avoir mené la danse pendant 63 trous, avec quatre coups d'avance à l'entame de la dernière journée, sa précocité a fini par parler en Grand Chelem, au bon moment pour remplacer Woods dans les coeurs. "Si vous cherchez quelqu'un pour battre les 18 victoires en Grand Chelem de Jack Nicklaus, Rory est votre homme, assène l'Irlandais Padraig Harrington. Il lui reste vingt et quelques années à jouer, soit une centaine de majeurs." Avec Belga