Le coach du Racing avait sans doute raison sur ce point en début de saison, lorsqu'il tablait de semaine en semaine sur un onze de base quasi immuable. Depuis la fin du mercato, toutefois, la donne a changé. La preuve à Sclessin, où les Limbourgeois ont joué sans leurs internationaux belges Jelle Vossen et Marvin Ogunjimi, parfaitement relayés par l'Israélien Elyaniv Barda et la nouvelle recrue nigeriane Kennedy Nwanganga.

Quant au médian David Hubert, incontournable lui aussi depuis l'entame du championnat, il fut doublé avantageusement par Anthony Vanden Borre, titularisé pour la première fois en 2011. Quand on saura que l'ex-international Thomas Buffel retrouva grâce aussi, aux yeux de son entraîneur, pour meubler le flanc droit des Racingmen, le doute n'est plus permis : Genk peut bel et bien s'éveiller aux plus hautes ambitions.

Bruno Govers

Le coach du Racing avait sans doute raison sur ce point en début de saison, lorsqu'il tablait de semaine en semaine sur un onze de base quasi immuable. Depuis la fin du mercato, toutefois, la donne a changé. La preuve à Sclessin, où les Limbourgeois ont joué sans leurs internationaux belges Jelle Vossen et Marvin Ogunjimi, parfaitement relayés par l'Israélien Elyaniv Barda et la nouvelle recrue nigeriane Kennedy Nwanganga. Quant au médian David Hubert, incontournable lui aussi depuis l'entame du championnat, il fut doublé avantageusement par Anthony Vanden Borre, titularisé pour la première fois en 2011. Quand on saura que l'ex-international Thomas Buffel retrouva grâce aussi, aux yeux de son entraîneur, pour meubler le flanc droit des Racingmen, le doute n'est plus permis : Genk peut bel et bien s'éveiller aux plus hautes ambitions. Bruno Govers