Pendant une demi-heure, le Standard a été virtuellement champion de Belgique: entre la 45e minute, moment où Eliaquim Mangala, et la 75e, moment où Kennedy, qui venait d'entrer au jeu, a égalisé. Ce sont finalement les Limbourgeois qui ont coiffé les lauriers, pour un demi-point (celui dont ils n'avaient pas bénéficié au moment de la division des points par deux à l'issue de la phase classique), et sur l'ensemble de la saison, on peut dire que c'est mérité.

Genk a figuré à l'une des deux premières places tout au long de la saison, a produit un football positif la plupart du temps, et a apporté un vent de fraîcheur avec la révélation de plusieurs jeunes joueurs belges. C'est le troisième titre du Racing, les deux précédents datant de 1999 et 2002.

Le Standard, lui, n'a pas à rougir, bien au contraire: il a réalisé des play-offs remarquables, avec huit victoires et deux matches nuls (à Bruges et à Genk) contre les meilleures équipes de Belgique. Il a récupéré ses blessés au bon moment, a su former un véritable groupe (c'est sans doute le principal mérite de Dominique D'Onofrio) et se consolera avec un ticket pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions, en attendant peut-être de soulever la Coupe de Belgique samedi prochain. Si on avait promis cela aux Rouches lorsqu'ils ont arraché la sixième et dernière place qualificative pour les play-offs, au terme de la 30e journée de championnat, ils auraient sans doute signé des deux mains.

Daniel Devos

Pendant une demi-heure, le Standard a été virtuellement champion de Belgique: entre la 45e minute, moment où Eliaquim Mangala, et la 75e, moment où Kennedy, qui venait d'entrer au jeu, a égalisé. Ce sont finalement les Limbourgeois qui ont coiffé les lauriers, pour un demi-point (celui dont ils n'avaient pas bénéficié au moment de la division des points par deux à l'issue de la phase classique), et sur l'ensemble de la saison, on peut dire que c'est mérité. Genk a figuré à l'une des deux premières places tout au long de la saison, a produit un football positif la plupart du temps, et a apporté un vent de fraîcheur avec la révélation de plusieurs jeunes joueurs belges. C'est le troisième titre du Racing, les deux précédents datant de 1999 et 2002. Le Standard, lui, n'a pas à rougir, bien au contraire: il a réalisé des play-offs remarquables, avec huit victoires et deux matches nuls (à Bruges et à Genk) contre les meilleures équipes de Belgique. Il a récupéré ses blessés au bon moment, a su former un véritable groupe (c'est sans doute le principal mérite de Dominique D'Onofrio) et se consolera avec un ticket pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions, en attendant peut-être de soulever la Coupe de Belgique samedi prochain. Si on avait promis cela aux Rouches lorsqu'ils ont arraché la sixième et dernière place qualificative pour les play-offs, au terme de la 30e journée de championnat, ils auraient sans doute signé des deux mains. Daniel Devos