La Campinoise, 27 ans, se souvient et rappelait que mi-2012, elle figurait à la 262e place mondiale, tracassée par des ennuis de santé. Depuis lors, la remontée fut spectaculaire. De 54e mondiale pour terminer l'année 2012 à 13e place mondiale en 2013... "La demi-finale à Wimbledon n'est pas le seul point d'orgue de la saison, il y a eu aussi les performances à Miami notamment", analysait Kirsten Flipkens, la 5e grande joueuse de tennis dans l'histoire belge avec Sabine Appelmans, Dominique Monami, Justine Henin et bien sûr Kim Clijsters, toutes à avoir reçu ce trophée de la Sportive de l'année. "J'ai du travaillé très dur pour revenir, il y a eu de la sueur et beaucoup de larmes", a confié la joueuse Anversoise, aujourd'hui 20e mondiale. "C'est un long combat, pas vraiment une revanche, mais ce trophée est une grande fierté. C'est vraiment fantastique." Kirsten Flipkens a désormais un statut à défendre. "C'est pour cela que 2014 va être très dure et plus difficile que 2013", prévoit-elle. "Mes adversaires me connaissent mieux, se sont adaptées à mon jeu. Maintenant, je pars favorite dans mes matches, en 2013 j'étais toujours l'outsider, cela fait une grosse différence. J'ai travaillé dur en préparation, avec le stage à Lanzarote. Tout se passe bien, mais je n'attends pas encore beaucoup dès le mois de janvier. Si je peux aller jusqu'à l'Open d'Australie sans douleurs au genou, je serai déjà très contente". (Belga)

La Campinoise, 27 ans, se souvient et rappelait que mi-2012, elle figurait à la 262e place mondiale, tracassée par des ennuis de santé. Depuis lors, la remontée fut spectaculaire. De 54e mondiale pour terminer l'année 2012 à 13e place mondiale en 2013... "La demi-finale à Wimbledon n'est pas le seul point d'orgue de la saison, il y a eu aussi les performances à Miami notamment", analysait Kirsten Flipkens, la 5e grande joueuse de tennis dans l'histoire belge avec Sabine Appelmans, Dominique Monami, Justine Henin et bien sûr Kim Clijsters, toutes à avoir reçu ce trophée de la Sportive de l'année. "J'ai du travaillé très dur pour revenir, il y a eu de la sueur et beaucoup de larmes", a confié la joueuse Anversoise, aujourd'hui 20e mondiale. "C'est un long combat, pas vraiment une revanche, mais ce trophée est une grande fierté. C'est vraiment fantastique." Kirsten Flipkens a désormais un statut à défendre. "C'est pour cela que 2014 va être très dure et plus difficile que 2013", prévoit-elle. "Mes adversaires me connaissent mieux, se sont adaptées à mon jeu. Maintenant, je pars favorite dans mes matches, en 2013 j'étais toujours l'outsider, cela fait une grosse différence. J'ai travaillé dur en préparation, avec le stage à Lanzarote. Tout se passe bien, mais je n'attends pas encore beaucoup dès le mois de janvier. Si je peux aller jusqu'à l'Open d'Australie sans douleurs au genou, je serai déjà très contente". (Belga)