Wilmots et l'URBSFA avaient conclu en avril un accord verbal afin de prolonger leur collaboration jusqu'au Mondial 2018 en Russie. Six semaines plus tard, lors du stage en Suède, Wilmots annonçait qu'il n'avait toujours pas signé parce qu'il voulait d'abord que les membres de son staff reçoivent un contrat. "Aussi bien avec Marc qu'avec la plupart des membres de son staff, nous avions depuis longtemps un accord verbal", a précisé De Keersmaecker. "C'était donc en ce qui me concerne une tempête dans un verre d'eau. Il était évident depuis le début que Marc voulait prolonger avec le même groupe pour une longue période. Nous avions d'abord un accord de deux ans avec son staff, nous avons ensuite conclu un de quatre ans." Steven Martens, Secrétaire général de l'URBSFA, a jugé que la communication de Wilmots n'était un moyen de pression. "Tout avait déjà été discuté dans les moindres détails. Comme cela se passe souvent avec les contrats il restait à effectuer ces dernières semaines le travail par écrit. Mais nous étions dans une phase de conclusion. Nous voulions, comme Marc, un staff avec une stabilité à long terme", a précisé Martens. (Belga)

Wilmots et l'URBSFA avaient conclu en avril un accord verbal afin de prolonger leur collaboration jusqu'au Mondial 2018 en Russie. Six semaines plus tard, lors du stage en Suède, Wilmots annonçait qu'il n'avait toujours pas signé parce qu'il voulait d'abord que les membres de son staff reçoivent un contrat. "Aussi bien avec Marc qu'avec la plupart des membres de son staff, nous avions depuis longtemps un accord verbal", a précisé De Keersmaecker. "C'était donc en ce qui me concerne une tempête dans un verre d'eau. Il était évident depuis le début que Marc voulait prolonger avec le même groupe pour une longue période. Nous avions d'abord un accord de deux ans avec son staff, nous avons ensuite conclu un de quatre ans." Steven Martens, Secrétaire général de l'URBSFA, a jugé que la communication de Wilmots n'était un moyen de pression. "Tout avait déjà été discuté dans les moindres détails. Comme cela se passe souvent avec les contrats il restait à effectuer ces dernières semaines le travail par écrit. Mais nous étions dans une phase de conclusion. Nous voulions, comme Marc, un staff avec une stabilité à long terme", a précisé Martens. (Belga)