Les deux gros matches d'hier soir, Genk-Standard et Cercle-Anderlecht, ont permis de décerner des bonnets d'âne à Sinan Bolat (pour son exclusion suite à des menaces à l'encontre de Jelle Vossen) et à toute l'équipe anderlechtoise. Frankie Vercauteren, le coach de Genk, est un vainqueur du week-end mais ça devient une habitude.

Mais il y a aussi un autre entraîneur qui s'en sort très bien et dont on parle peu: Francky Dury. Il a signé cet été à La Gantoise avec une grosse pression et se retrouvait presque face à une mission impossible: faire oublier Michel Preud'homme. Mais après 11 journées (dont encore une victoire ce week-end 2-0 face à Courtrai), il fait aussi bien que le Liégeois: son équipe occupe une très surprenante deuxième place. En ayant perdu des pions importants comme Roberto Rosales, Mbaye Leye et Adnan Custovic. Et Gand n'est pas ridicule non plus en Europa League.

Pierre Danvoye

Les deux gros matches d'hier soir, Genk-Standard et Cercle-Anderlecht, ont permis de décerner des bonnets d'âne à Sinan Bolat (pour son exclusion suite à des menaces à l'encontre de Jelle Vossen) et à toute l'équipe anderlechtoise. Frankie Vercauteren, le coach de Genk, est un vainqueur du week-end mais ça devient une habitude. Mais il y a aussi un autre entraîneur qui s'en sort très bien et dont on parle peu: Francky Dury. Il a signé cet été à La Gantoise avec une grosse pression et se retrouvait presque face à une mission impossible: faire oublier Michel Preud'homme. Mais après 11 journées (dont encore une victoire ce week-end 2-0 face à Courtrai), il fait aussi bien que le Liégeois: son équipe occupe une très surprenante deuxième place. En ayant perdu des pions importants comme Roberto Rosales, Mbaye Leye et Adnan Custovic. Et Gand n'est pas ridicule non plus en Europa League. Pierre Danvoye