La sanction de Gillet se découpe en deux parties: deux rencontres pour le geste en lui-même sur Monrose et deux rencontres avec sursis suite à une semelle sur Dejaegere (Courtrai) en décembre qui deviennent effectives. Gillet a déjà purgé une rencontre de suspension, lundi face au Racing Genk. Il sera donc suspendu pour les matchs face au Standard (6 avril), le FC Bruges (14 avril) et Lokeren (17 avril). Il devra également payer 400 euros d'amende, comme l'avait également décidé la Commission des litiges. Le Diable Rouge était poursuivi sur base des images télés de la demi-finale retour de la Coupe de Belgique face au Racing Genk. Gillet avait été l'auteur d'un tackle au niveau du tibia de Steeven Joseph-Monrose. La phase avait échappé à l'arbitre de la rencontre Alexandre Boucaut. "La gravité de la faute ainsi que le comportement répétitif du joueur ne permettent pas à la Commission des litiges d'appel d'envisager une sanction plus clémente que celle prononcée par la Commission des litiges", justifie la Commission des litiges d'appel dans son jugement. (COR 690)

La sanction de Gillet se découpe en deux parties: deux rencontres pour le geste en lui-même sur Monrose et deux rencontres avec sursis suite à une semelle sur Dejaegere (Courtrai) en décembre qui deviennent effectives. Gillet a déjà purgé une rencontre de suspension, lundi face au Racing Genk. Il sera donc suspendu pour les matchs face au Standard (6 avril), le FC Bruges (14 avril) et Lokeren (17 avril). Il devra également payer 400 euros d'amende, comme l'avait également décidé la Commission des litiges. Le Diable Rouge était poursuivi sur base des images télés de la demi-finale retour de la Coupe de Belgique face au Racing Genk. Gillet avait été l'auteur d'un tackle au niveau du tibia de Steeven Joseph-Monrose. La phase avait échappé à l'arbitre de la rencontre Alexandre Boucaut. "La gravité de la faute ainsi que le comportement répétitif du joueur ne permettent pas à la Commission des litiges d'appel d'envisager une sanction plus clémente que celle prononcée par la Commission des litiges", justifie la Commission des litiges d'appel dans son jugement. (COR 690)