Il y a retrouvé William Vainqueur, avec qui il a joué jadis au FC Nantes. "Il m'a fait visiter les installations, qui sont magnifiques, ainsi que la ville. C'est important d'être accueilli et épaulé de la sorte." Venant de l'AS Roma, où il n'a pas été titularisé, Nego ne quitte pas la péninsule la tête basse. Au contraire, il se dit motivé par l'idée de faire son entrée dans le championnat belge. "Je ne vois pas pourquoi j'effectuerais un pas en arrière. La Belgique, c'est comme la Ligue 1 française. Un championnat difficile. J'en ai reçu la preuve dimanche lors du match Anderlecht-Standard." Du Standard, il dit: "Un grand club de tradition. Connu sur la scène européenne. Qui se doit d'être présent chaque année dans les compétitions internationales. Je sais par ailleurs que le public est chaleureux. J'ai six mois pour prouver ma valeur et gagner le droit de m'installer ici." Malgré son jeune âge (22 ans), Loïc Nego est marié et père d'un petit garçon de trois ans. Sa famille le rejoindra bientôt à Liège. (NICOLAS LAMBERT)

Il y a retrouvé William Vainqueur, avec qui il a joué jadis au FC Nantes. "Il m'a fait visiter les installations, qui sont magnifiques, ainsi que la ville. C'est important d'être accueilli et épaulé de la sorte." Venant de l'AS Roma, où il n'a pas été titularisé, Nego ne quitte pas la péninsule la tête basse. Au contraire, il se dit motivé par l'idée de faire son entrée dans le championnat belge. "Je ne vois pas pourquoi j'effectuerais un pas en arrière. La Belgique, c'est comme la Ligue 1 française. Un championnat difficile. J'en ai reçu la preuve dimanche lors du match Anderlecht-Standard." Du Standard, il dit: "Un grand club de tradition. Connu sur la scène européenne. Qui se doit d'être présent chaque année dans les compétitions internationales. Je sais par ailleurs que le public est chaleureux. J'ai six mois pour prouver ma valeur et gagner le droit de m'installer ici." Malgré son jeune âge (22 ans), Loïc Nego est marié et père d'un petit garçon de trois ans. Sa famille le rejoindra bientôt à Liège. (NICOLAS LAMBERT)