Et d'ajouter que c'est précisément la première raison pour laquelle il a accepté avec enthousiasme la proposition de l'Union Belge et de sa commission des arbitres, d'être parmi les premiers en Europe à adopter le système de de l'arbitrage à six à partir des demi-finales de la Coupe, pour les play-offs I et III et les barrages pour l'Europa League. Et la deuxième raison? "La volonté de figurer en première ligne en matière de progrès et de soutien à l'UEFA", répond Ronny Verhelst. Reste à connaître l'avis des... arbitres. Serge Gumienny par exemple, international, qui n'a donc plus besoin d'écolage. "Détrompez vous", objecte-t-il. "J'ai dirigé une vingtaine de matches avec des arbitres assistants suplémentaires, mais je ne l'ai jamais été moi même. Or je serai parfois appelé à remplir ce rôle dans les play-offs. Ce que je peux dire c'est que le système marche. J'en témoigne. Tout ce qu'a dit Collina tout à l'heure est vrai. Six paires d'yeux ne peuvent que mieux voir. Maintenant mes collègues vont devoir très vite s'adapter, vu l'importance de ces matches. Il conviendra surtout selon moi de bien se mettre d'accord sur le rôle de chacun avant le kick-off..." (LAURIE DIEFFEMBACQ)

Et d'ajouter que c'est précisément la première raison pour laquelle il a accepté avec enthousiasme la proposition de l'Union Belge et de sa commission des arbitres, d'être parmi les premiers en Europe à adopter le système de de l'arbitrage à six à partir des demi-finales de la Coupe, pour les play-offs I et III et les barrages pour l'Europa League. Et la deuxième raison? "La volonté de figurer en première ligne en matière de progrès et de soutien à l'UEFA", répond Ronny Verhelst. Reste à connaître l'avis des... arbitres. Serge Gumienny par exemple, international, qui n'a donc plus besoin d'écolage. "Détrompez vous", objecte-t-il. "J'ai dirigé une vingtaine de matches avec des arbitres assistants suplémentaires, mais je ne l'ai jamais été moi même. Or je serai parfois appelé à remplir ce rôle dans les play-offs. Ce que je peux dire c'est que le système marche. J'en témoigne. Tout ce qu'a dit Collina tout à l'heure est vrai. Six paires d'yeux ne peuvent que mieux voir. Maintenant mes collègues vont devoir très vite s'adapter, vu l'importance de ces matches. Il conviendra surtout selon moi de bien se mettre d'accord sur le rôle de chacun avant le kick-off..." (LAURIE DIEFFEMBACQ)