La Fédération costaricaine estimait que la neige rendait le terrain du Dick's Sporting Goods Park de Commerce City (Denver), le stade de Colorado Rapids au pied des Montagnes rocheuses (Rocky Mountains), dangereux, et qu'au vu des très mauvaises conditions climatiques, l'arbitre salvadorien Joel Aguilar aurait dû interrompre la rencontre. Le président de la Fédération Eduardo Li avait dénoncé les "conditions préhistoriques" dans lesquelles la partie s'est déroulée, assurant que l'intégrité physique de ses joueurs avait été mise en danger sur ce terrain glissant. "Le résultat du match (1-0, Clint Dempsey, 16-ème, ndlr) disputé le 22 mars est maintenu, compte tenu des dispositions de l'article 14, paragraphe 4 du règlement de la Coupe du Monde de la FIFA 2014", a précisé la FIFA dans un communiqué. Le Costa Rica n'aurait pas satisfait aux conditions établies par le règlement s'agissant de la procédure de réclamation officielle. Celle-ci aurait dû être faite avant le match, ou par le capitaine, auprès du réferee, pendant la rencontre et en présence du capitaine adverse. Une réclamation écrite devait dans cas être transmise à la FIFA dans les deux heures après le match. Or la FIFA n'a recu la plainte que le surlendemain. (CER)

La Fédération costaricaine estimait que la neige rendait le terrain du Dick's Sporting Goods Park de Commerce City (Denver), le stade de Colorado Rapids au pied des Montagnes rocheuses (Rocky Mountains), dangereux, et qu'au vu des très mauvaises conditions climatiques, l'arbitre salvadorien Joel Aguilar aurait dû interrompre la rencontre. Le président de la Fédération Eduardo Li avait dénoncé les "conditions préhistoriques" dans lesquelles la partie s'est déroulée, assurant que l'intégrité physique de ses joueurs avait été mise en danger sur ce terrain glissant. "Le résultat du match (1-0, Clint Dempsey, 16-ème, ndlr) disputé le 22 mars est maintenu, compte tenu des dispositions de l'article 14, paragraphe 4 du règlement de la Coupe du Monde de la FIFA 2014", a précisé la FIFA dans un communiqué. Le Costa Rica n'aurait pas satisfait aux conditions établies par le règlement s'agissant de la procédure de réclamation officielle. Celle-ci aurait dû être faite avant le match, ou par le capitaine, auprès du réferee, pendant la rencontre et en présence du capitaine adverse. Une réclamation écrite devait dans cas être transmise à la FIFA dans les deux heures après le match. Or la FIFA n'a recu la plainte que le surlendemain. (CER)