Le vainqueur du jour a fait preuve de modestie, sans pour autant masquer qu'il se sentait très honoré. "Je considère ce prix comme une reconnaissance du travail effectué avec mon staff et les joueurs", a-t-il déclaré. "J'y attache une importance certaine, surtout compte tenu de la composition du jury. Etre primé par de telles sommités de la profession n'est pas rien. Mais n'en déduisez pas que je cracherais sur le titre d'entraîneur de l'année (attribué par les joueurs, ndlr)...". "Ce genre de récompense", poursuit l'ancien gardien d'Anderlecht et du Standard, qui a offert à Lokeren sa première Coupe de Belgique (1-0 contre Courtrai) il y a neuf mois, "c'est le bon côté de la médaille du métier d'entraîneur. Celà ne me fait pourtant pas oublier que sept collègues ont déjà perdu leur job cette saison. Chaque cas est sans doute différent mais au total, ce chiffre est inadmissible et même grotesque. Il faudrait faire quelque chose, mais quoi..." Le hasard a voulu que Peter Maes recoive le prix deux jours après une défaite, la 2-ème d'affilée (2-1), de Lokeren à Malines, son ancien club. Mais il avait auparavant hissé son équipe sur le podium en gagnant consécutivement sept matches. (CER)

Le vainqueur du jour a fait preuve de modestie, sans pour autant masquer qu'il se sentait très honoré. "Je considère ce prix comme une reconnaissance du travail effectué avec mon staff et les joueurs", a-t-il déclaré. "J'y attache une importance certaine, surtout compte tenu de la composition du jury. Etre primé par de telles sommités de la profession n'est pas rien. Mais n'en déduisez pas que je cracherais sur le titre d'entraîneur de l'année (attribué par les joueurs, ndlr)...". "Ce genre de récompense", poursuit l'ancien gardien d'Anderlecht et du Standard, qui a offert à Lokeren sa première Coupe de Belgique (1-0 contre Courtrai) il y a neuf mois, "c'est le bon côté de la médaille du métier d'entraîneur. Celà ne me fait pourtant pas oublier que sept collègues ont déjà perdu leur job cette saison. Chaque cas est sans doute différent mais au total, ce chiffre est inadmissible et même grotesque. Il faudrait faire quelque chose, mais quoi..." Le hasard a voulu que Peter Maes recoive le prix deux jours après une défaite, la 2-ème d'affilée (2-1), de Lokeren à Malines, son ancien club. Mais il avait auparavant hissé son équipe sur le podium en gagnant consécutivement sept matches. (CER)