"On peut parler de revanche par rapport au match aller. On n'avait pas démérité et on était rentré les mains vides", a déclaré Guillaume Gillet au micro de RTL. "On a gardé deux fois le zéro dans cette Ligue des champions, à Milan et contre le Zenit, c'est la preuve qu'on est assez solide. Ce qui était génial avant le match, c'est qu'avec 1 point, tout restait possible. Maintenant avec 4 points, tout est encore plus possible. Notre prochain match est contre Milan, on va tout donner. Il ne faut pas avoir de regrets mais pour le moment, je crois qu'on n'en a pas beaucoup", a poursuivi Gillet. Titularisé pour la deuxième fois en Ligue des champions, la première fois au Parc Astrid, le jeune Dennis Praet savoure ce succès. "C'est magnifique, je suis heureux", a-t-il confié à RTL. "Je pense que notre victoire est méritée, surtout que Iakovenko frappe encore sur le poteau". Dans les rangs du Zenit, Axel Witsel reconnaissait que les champions de Russie n'avaient pas joué un grand match. "Quand on commence à jouer après 45 minutes, c'est normal de perdre. On a été meilleur en 2e mi-temps, mais on a démarré le match trop tard. Je ne sais pas pourquoi", a confié le Diable Rouge. (ERIC LALMAND)

"On peut parler de revanche par rapport au match aller. On n'avait pas démérité et on était rentré les mains vides", a déclaré Guillaume Gillet au micro de RTL. "On a gardé deux fois le zéro dans cette Ligue des champions, à Milan et contre le Zenit, c'est la preuve qu'on est assez solide. Ce qui était génial avant le match, c'est qu'avec 1 point, tout restait possible. Maintenant avec 4 points, tout est encore plus possible. Notre prochain match est contre Milan, on va tout donner. Il ne faut pas avoir de regrets mais pour le moment, je crois qu'on n'en a pas beaucoup", a poursuivi Gillet. Titularisé pour la deuxième fois en Ligue des champions, la première fois au Parc Astrid, le jeune Dennis Praet savoure ce succès. "C'est magnifique, je suis heureux", a-t-il confié à RTL. "Je pense que notre victoire est méritée, surtout que Iakovenko frappe encore sur le poteau". Dans les rangs du Zenit, Axel Witsel reconnaissait que les champions de Russie n'avaient pas joué un grand match. "Quand on commence à jouer après 45 minutes, c'est normal de perdre. On a été meilleur en 2e mi-temps, mais on a démarré le match trop tard. Je ne sais pas pourquoi", a confié le Diable Rouge. (ERIC LALMAND)