Si des incidents de même nature devaient se reproduire dans les deux ans, dans les installations du club, Charleroi serait condamné à disputer deux matchs à huis clos (sanction d'un match à huis clos effectif et levée du sursis). L'argument avancé par Charleroi selon lequel le règlement FIFA ne prévoit qu'une amende pour de tels actes, à savoir violences envers les choses, l'utilisation de fumigènes et le jet d'objets, a été balayé par la Commission des litiges. Cette dernière indique que le règlement FIFA prévoit l'application d'autres sanctions en cas de "manquements graves". Charleroi estimait également qu'il reposait sur lui, en tant que club visiteur, une obligation de moyen et non pas de résultat, contrairement au club visité. La Commission des litiges estime pour sa part que la même obligation s'applique sur les clubs visiteurs et visités. La Commission des litiges ajoute que cette peine avec sursis va permettre à Charleroi "d'appliquer et de mesurer la pertinence des différentes mesures de prévention et de répression évoquées devant la Commission des litiges." (JOHN THYS)

Si des incidents de même nature devaient se reproduire dans les deux ans, dans les installations du club, Charleroi serait condamné à disputer deux matchs à huis clos (sanction d'un match à huis clos effectif et levée du sursis). L'argument avancé par Charleroi selon lequel le règlement FIFA ne prévoit qu'une amende pour de tels actes, à savoir violences envers les choses, l'utilisation de fumigènes et le jet d'objets, a été balayé par la Commission des litiges. Cette dernière indique que le règlement FIFA prévoit l'application d'autres sanctions en cas de "manquements graves". Charleroi estimait également qu'il reposait sur lui, en tant que club visiteur, une obligation de moyen et non pas de résultat, contrairement au club visité. La Commission des litiges estime pour sa part que la même obligation s'applique sur les clubs visiteurs et visités. La Commission des litiges ajoute que cette peine avec sursis va permettre à Charleroi "d'appliquer et de mesurer la pertinence des différentes mesures de prévention et de répression évoquées devant la Commission des litiges." (JOHN THYS)