"Cela faisait trois ans que je le suivais, mais c'était le bon moment pour l'appeler en sélection", explique le coach belge Marc Wilmots au sujet de son nouveau protégé. Le défenseur de Lokeren pourrait en effet avoir l'occasion de se voir accorder un certain temps de jeu au back gauche, mercredi contre la Roumanie. Et en profiter pour marquer des points vis-à-vis de concurrents potentiels comme Nicolas Lombaerts, Sébastien Pocognoli, Olivier Deschacht ou encore son ex-équipier au Daknam Derick Tshimanga, aujourd'hui à La Gantoise. "Tout est possible", se contente de répondre Wilmots quand on lui demande si De Bock montera sur la pelouse du Stade National de Bucarest.. "On verra bien", esquive pour sa part l'intéressé, en assurant qu'il ne sera nullement déçu si ne n'est pas le cas. "Mais je me donnerai évidemment à 200 pc si j'obtiens déjà une première chance que je saurai saisir", poursuit-il. La Bundesliga, et surtout la Premier League, le font déjà rêver. Et même inversement selon la rumeur. "Oui, mais justement, ce sont des rumeurs, et je n'y accorde donc aucune importance", commente le jeune De Bock. "Le FC Brugeois s'était par contre montré concrètement intéressé lors du dernier mercato. Mais pour le président de Lokeren Roger Lambrecht il n'en était pas question. Il exigeait le double de l'offre brugeoise (soit 4 millions d'euros, ndlr). L'affaire a donc rapidement capoté. C'est un peu dommage mais au fond, je me trouve très bien à Lokeren. Pour le moment du moins..." (VIRGINIE LEFOUR)

"Cela faisait trois ans que je le suivais, mais c'était le bon moment pour l'appeler en sélection", explique le coach belge Marc Wilmots au sujet de son nouveau protégé. Le défenseur de Lokeren pourrait en effet avoir l'occasion de se voir accorder un certain temps de jeu au back gauche, mercredi contre la Roumanie. Et en profiter pour marquer des points vis-à-vis de concurrents potentiels comme Nicolas Lombaerts, Sébastien Pocognoli, Olivier Deschacht ou encore son ex-équipier au Daknam Derick Tshimanga, aujourd'hui à La Gantoise. "Tout est possible", se contente de répondre Wilmots quand on lui demande si De Bock montera sur la pelouse du Stade National de Bucarest.. "On verra bien", esquive pour sa part l'intéressé, en assurant qu'il ne sera nullement déçu si ne n'est pas le cas. "Mais je me donnerai évidemment à 200 pc si j'obtiens déjà une première chance que je saurai saisir", poursuit-il. La Bundesliga, et surtout la Premier League, le font déjà rêver. Et même inversement selon la rumeur. "Oui, mais justement, ce sont des rumeurs, et je n'y accorde donc aucune importance", commente le jeune De Bock. "Le FC Brugeois s'était par contre montré concrètement intéressé lors du dernier mercato. Mais pour le président de Lokeren Roger Lambrecht il n'en était pas question. Il exigeait le double de l'offre brugeoise (soit 4 millions d'euros, ndlr). L'affaire a donc rapidement capoté. C'est un peu dommage mais au fond, je me trouve très bien à Lokeren. Pour le moment du moins..." (VIRGINIE LEFOUR)