Ce Fléronais né le 16 février 1932 a porté le maillot "rouche" à 379 reprises entre 1948 et 1964, inscrivant 101 buts. Milieu de terrain au talent exceptionnel, Denis Houf compte également 26 sélections (et 5 buts) parmi les Diables Rouges (dont il a démissionné pour raisons professionnelles en 1961), avec en point d'orgue une participation au Mondial 1954. Il lui avait manqué trois points pour empêcher Paul Van Himst de remporter le deuxième de ses quatre souliers d'or en 1961. Maître à jouer du "grand Standard" aux côtés d'autres joueurs "historiques" de l'époque, dont les frères Toussaint et Jean Nicolay, Léon, Semmeling et Roger Claessen, il était aussi un des rares à ne pas craindre le sécrétaire-général et administrateur-délégué visionnaire mais tyrannique Roger Petit. Ses hautes fonctions dans une institution bancaire puis à Espérance Longdoz, un des fleurons de la métallurgie liégeoise en ce temps là, lui assuraient en effet l'essentiel de ses revenus. Et témoignent de ses grandes capacités intellectuelles. Il excellait également au tennis de table. Il avait terminé sa carrière au FC Liège en 1968 avec 98 matches à son actif. (BELGA)

Ce Fléronais né le 16 février 1932 a porté le maillot "rouche" à 379 reprises entre 1948 et 1964, inscrivant 101 buts. Milieu de terrain au talent exceptionnel, Denis Houf compte également 26 sélections (et 5 buts) parmi les Diables Rouges (dont il a démissionné pour raisons professionnelles en 1961), avec en point d'orgue une participation au Mondial 1954. Il lui avait manqué trois points pour empêcher Paul Van Himst de remporter le deuxième de ses quatre souliers d'or en 1961. Maître à jouer du "grand Standard" aux côtés d'autres joueurs "historiques" de l'époque, dont les frères Toussaint et Jean Nicolay, Léon, Semmeling et Roger Claessen, il était aussi un des rares à ne pas craindre le sécrétaire-général et administrateur-délégué visionnaire mais tyrannique Roger Petit. Ses hautes fonctions dans une institution bancaire puis à Espérance Longdoz, un des fleurons de la métallurgie liégeoise en ce temps là, lui assuraient en effet l'essentiel de ses revenus. Et témoignent de ses grandes capacités intellectuelles. Il excellait également au tennis de table. Il avait terminé sa carrière au FC Liège en 1968 avec 98 matches à son actif. (BELGA)