Le président du Bayern Munich Karl-Heinz Rummenigge a proposé dans la presse un nouveau calendrier avec huit mois dévolus aux clubs et deux aux sélections, tout en prévenant que les clubs allaient se montrer plus revendicatifs à l'égard de la FIFA. "Il faudrait que le calendrier soit découpé de la sorte: huit mois pour les Championnats, Ligue des champions et Europa League inclus, deux mois pour les équipes nationales avec 10 ou 12 matches et deux mois de pause, dont quatre semaines de vacances et quatre semaines de préparation", a expliqué Rummenigge dans le bi-hebdomadaire Kicker, paru lundi.

Le dirigeant bavarois estime également qu'il ne devrait pas y avoir de pause estivale: "On est un peu fou en Bundesliga, on gaspille la meilleure période de l'année entre juin et août", a-t-il souligné.

Ces propositions interviennent dans un contexte de plus en plus conflictuel entre les clubs d'un côté et les fédérations et la FIFA de l'autre pour la mise à disposition des internationaux. "On ne peut plus accepter, nous les employeurs, que le calendrier nous soit dicté "par ordre du mufti" et qu'on mette gratuitement nos joueurs à disposition. Si on ne parvient pas à un consensus, il y a aura des procédures (devant la Cour européenne de justice) et la FIFA pourra alors s'en remettre à Dieu", a prévenu Rummenigge.

L'ancien international qui est aussi président de l'Association européenne des clubs (ECA), a également estimé que "les clubs allaient dans l'avenir défendre leurs droits avec plus de décision".

Sportmagazine.be, avec Belga

Le président du Bayern Munich Karl-Heinz Rummenigge a proposé dans la presse un nouveau calendrier avec huit mois dévolus aux clubs et deux aux sélections, tout en prévenant que les clubs allaient se montrer plus revendicatifs à l'égard de la FIFA. "Il faudrait que le calendrier soit découpé de la sorte: huit mois pour les Championnats, Ligue des champions et Europa League inclus, deux mois pour les équipes nationales avec 10 ou 12 matches et deux mois de pause, dont quatre semaines de vacances et quatre semaines de préparation", a expliqué Rummenigge dans le bi-hebdomadaire Kicker, paru lundi. Le dirigeant bavarois estime également qu'il ne devrait pas y avoir de pause estivale: "On est un peu fou en Bundesliga, on gaspille la meilleure période de l'année entre juin et août", a-t-il souligné. Ces propositions interviennent dans un contexte de plus en plus conflictuel entre les clubs d'un côté et les fédérations et la FIFA de l'autre pour la mise à disposition des internationaux. "On ne peut plus accepter, nous les employeurs, que le calendrier nous soit dicté "par ordre du mufti" et qu'on mette gratuitement nos joueurs à disposition. Si on ne parvient pas à un consensus, il y a aura des procédures (devant la Cour européenne de justice) et la FIFA pourra alors s'en remettre à Dieu", a prévenu Rummenigge. L'ancien international qui est aussi président de l'Association européenne des clubs (ECA), a également estimé que "les clubs allaient dans l'avenir défendre leurs droits avec plus de décision". Sportmagazine.be, avec Belga