"Il n'y a rien de fou. Ce n'est pas de l'astrophysique", a déclaré Tsitsipas après s'être incliné 6-4, 3-6, 7-6 (7/4) face à son rival allemand, qui s'est montré agacé lors des huit minutes d'interruption à la fin du premier set. "Je me rends aux vestiaires pour aller changer mon t-shirt. Je ne pense pas que ce serait très sympa si je changeais de short sur le court devant tout le monde", a déclaré le N.3 mondial. "Je suis une personne qui transpire un peu plus que les autres. Je pense que c'est acceptable, c'est juste comme ça que ça marche pour moi". Certains ont soupçonné qu'une telle pause avait pu être l'occasion d'un coaching par SMS, alors que Tsitsipas a emporté avec lui son sac. À peine cette possibilité avait-elle été évoquée sur une chaîne de télévision internationale que l'on voyait son père et entraîneur en train de tapoter sur son téléphone dans les gradins. Cependant, le tennisman de 23 ans a déclaré qu'il ne changerait pas ses habitudes. "Je ne vais pas arrêter de le faire, parce que je me sens mieux quand j'entre sur le court pour commencer un nouveau set", a-t-il dit en évoquant le fait de quitter le court pour se changer. Tsitsipas a fait mine de quitter une seconde fois le court après avoir gagné le deuxième set, mais il a été arrêté par l'arbitre de chaise qui lui a indiqué qu'il avait épuisé son quota de temps de pause. "J'ai réussi à jouer alors que j'étais en sueur, mais ce n'était pas gentil de sa part. Je vais vérifier le règlement plus tard", a déclaré Tsitsipas. "Un joueur est autorisé à aller aux toilettes dans chaque set individuel, pour autant que je sache". Il a ajouté: "Nous essayons de jouer au tennis, en transpirant évidemment beaucoup, en donnant le meilleur de nous-mêmes et notre effort n'est pas vraiment apprécié. Je suis très triste de voir que les choses se passent ainsi". Zverev a vu d'un mauvais oeil la longue pause, se plaignant à l'arbitre de chaise. "Je suis quelqu'un qui aime gagner ou perdre avec (le) tennis", a-t-il déclaré à Tennis Channel après le match. "Je ne prends jamais de temps mort médical quand je n'en ai pas besoin. Je ne vais jamais aux toilettes quand je n'en ai pas besoin". "Certaines personnes l'utilisent (la règle de la pause) à leur avantage", a-t-il ajouté. "Les règles sont très flexibles, je dirais. J'étais un peu frustré parce que cela s'est produit (avec Tsitsipas) à Roland-Garros déjà avant le cinquième set. C'est arrivé à Acapulco aussi, donc il y avait un peu de frustration mais tout va bien". (Belga)

"Il n'y a rien de fou. Ce n'est pas de l'astrophysique", a déclaré Tsitsipas après s'être incliné 6-4, 3-6, 7-6 (7/4) face à son rival allemand, qui s'est montré agacé lors des huit minutes d'interruption à la fin du premier set. "Je me rends aux vestiaires pour aller changer mon t-shirt. Je ne pense pas que ce serait très sympa si je changeais de short sur le court devant tout le monde", a déclaré le N.3 mondial. "Je suis une personne qui transpire un peu plus que les autres. Je pense que c'est acceptable, c'est juste comme ça que ça marche pour moi". Certains ont soupçonné qu'une telle pause avait pu être l'occasion d'un coaching par SMS, alors que Tsitsipas a emporté avec lui son sac. À peine cette possibilité avait-elle été évoquée sur une chaîne de télévision internationale que l'on voyait son père et entraîneur en train de tapoter sur son téléphone dans les gradins. Cependant, le tennisman de 23 ans a déclaré qu'il ne changerait pas ses habitudes. "Je ne vais pas arrêter de le faire, parce que je me sens mieux quand j'entre sur le court pour commencer un nouveau set", a-t-il dit en évoquant le fait de quitter le court pour se changer. Tsitsipas a fait mine de quitter une seconde fois le court après avoir gagné le deuxième set, mais il a été arrêté par l'arbitre de chaise qui lui a indiqué qu'il avait épuisé son quota de temps de pause. "J'ai réussi à jouer alors que j'étais en sueur, mais ce n'était pas gentil de sa part. Je vais vérifier le règlement plus tard", a déclaré Tsitsipas. "Un joueur est autorisé à aller aux toilettes dans chaque set individuel, pour autant que je sache". Il a ajouté: "Nous essayons de jouer au tennis, en transpirant évidemment beaucoup, en donnant le meilleur de nous-mêmes et notre effort n'est pas vraiment apprécié. Je suis très triste de voir que les choses se passent ainsi". Zverev a vu d'un mauvais oeil la longue pause, se plaignant à l'arbitre de chaise. "Je suis quelqu'un qui aime gagner ou perdre avec (le) tennis", a-t-il déclaré à Tennis Channel après le match. "Je ne prends jamais de temps mort médical quand je n'en ai pas besoin. Je ne vais jamais aux toilettes quand je n'en ai pas besoin". "Certaines personnes l'utilisent (la règle de la pause) à leur avantage", a-t-il ajouté. "Les règles sont très flexibles, je dirais. J'étais un peu frustré parce que cela s'est produit (avec Tsitsipas) à Roland-Garros déjà avant le cinquième set. C'est arrivé à Acapulco aussi, donc il y avait un peu de frustration mais tout va bien". (Belga)