"Je tiens à dire que non, le club ne déménagera pas à Anvers et ne sera pas vendu la saison prochaine", a déclaré le CEO du Zulte Waregem Patrick Decuyper en conférence de presse. "Il est vrai que je suis rentré en contact avec Bart De Wever (ndlr: le bourgmestre N-VA d'Anvers), mais il s'agissait uniquement de voir avec lui si le stade du Kiel pouvait accueillir nos futures matchs européens, pour lequel notre stade ne répond pas aux normes de l'UEFA."

Decuyper a néanmoins révélé qu'il travaillait sur le projet d'un nouveau club, mais sans rapport avec Zulte Waregem. "J'ai également discuté avec Bart De Wever concernant la problématique des jeunes talents belges de football, obligés d'émigrer à l'étranger pour continuer leur développement. Je lui ai demandé de consulter les entreprises et industriels de la région anversoise concernant la possibilité de construire un nouveau club de football à Anvers avec une identité bien belge. Rien de plus!", a conclu Decuyper.

Courtrai : "La fusion avec Zulte Waregem pas à l'ordre du jour"

"Une fusion avec Zulte Waregem ne nous paraît pas à l'ordre du jour", a réagi le club du KV Courtrai, par la voix de son porte-parole Jelle Brulez. Il a ainsi répondu aux intentions de Patrick Decuyper d'examiner les possibilités d'une fusion.

Selon Decuyper, deux clubs de division 1 dans un rayon de 10 km n'est pas tenable d'un point de vue économique et commercial. Aussi, examine-t-il les possibilité d'une fusion entre son club, Zulte Waregem, et le KV Courtrai.

"C'est un sujet extrêmement délicat, surtout pour les supporters. De plus, je pense que deux clubs stables dans le sud de la Flandre occidentale peuvent vivre. D'accord, nous ne sommes pas Londres, mais nous avons une série de clubs de haut niveau situés à côté l'un de l'autre", a précisé Jelle Brulez.

Plusieurs hommes politiques courtraisiens estiment qu'il faudrait discuter d'une fusion, notamment les membres du conseil communal Axel Weydts (sp.a) et Arne Vandendriessche (Open Vld). "Dans monde des affaires, je vois combien il est difficile de pêcher dans le même étang. Je trouve que l'idée d'une enquête dénuée d'émotions vaut la peine, certainement maintenant que les deux clubs envisagent un nouveau stade", a estimé Vandendriessche, qui cite l'exemple de Genk, le club limbourgeois né de la fusion en 1988 des clubs voisins Waterschei et Winterslag.

"Je tiens à dire que non, le club ne déménagera pas à Anvers et ne sera pas vendu la saison prochaine", a déclaré le CEO du Zulte Waregem Patrick Decuyper en conférence de presse. "Il est vrai que je suis rentré en contact avec Bart De Wever (ndlr: le bourgmestre N-VA d'Anvers), mais il s'agissait uniquement de voir avec lui si le stade du Kiel pouvait accueillir nos futures matchs européens, pour lequel notre stade ne répond pas aux normes de l'UEFA." Decuyper a néanmoins révélé qu'il travaillait sur le projet d'un nouveau club, mais sans rapport avec Zulte Waregem. "J'ai également discuté avec Bart De Wever concernant la problématique des jeunes talents belges de football, obligés d'émigrer à l'étranger pour continuer leur développement. Je lui ai demandé de consulter les entreprises et industriels de la région anversoise concernant la possibilité de construire un nouveau club de football à Anvers avec une identité bien belge. Rien de plus!", a conclu Decuyper.Courtrai : "La fusion avec Zulte Waregem pas à l'ordre du jour" "Une fusion avec Zulte Waregem ne nous paraît pas à l'ordre du jour", a réagi le club du KV Courtrai, par la voix de son porte-parole Jelle Brulez. Il a ainsi répondu aux intentions de Patrick Decuyper d'examiner les possibilités d'une fusion. Selon Decuyper, deux clubs de division 1 dans un rayon de 10 km n'est pas tenable d'un point de vue économique et commercial. Aussi, examine-t-il les possibilité d'une fusion entre son club, Zulte Waregem, et le KV Courtrai. "C'est un sujet extrêmement délicat, surtout pour les supporters. De plus, je pense que deux clubs stables dans le sud de la Flandre occidentale peuvent vivre. D'accord, nous ne sommes pas Londres, mais nous avons une série de clubs de haut niveau situés à côté l'un de l'autre", a précisé Jelle Brulez. Plusieurs hommes politiques courtraisiens estiment qu'il faudrait discuter d'une fusion, notamment les membres du conseil communal Axel Weydts (sp.a) et Arne Vandendriessche (Open Vld). "Dans monde des affaires, je vois combien il est difficile de pêcher dans le même étang. Je trouve que l'idée d'une enquête dénuée d'émotions vaut la peine, certainement maintenant que les deux clubs envisagent un nouveau stade", a estimé Vandendriessche, qui cite l'exemple de Genk, le club limbourgeois né de la fusion en 1988 des clubs voisins Waterschei et Winterslag.