Si leur position diverge sur bien des points, Zuhal Demir et Rachid Madrane s'accordent à dire que le football peut jouer un rôle social. "Une telle initiative est très belle", estime la nouvelle Secrétaire d'Etat à la Lutte contre la pauvreté et à l'Egalité des chances. "Via le football, les gens peuvent retrouver leur place dans la société. Le football aide à la collaboration entre les gens, au vivre ensemble. Via le football, les sans-abri peuvent retrouver confiance en eux-mêmes, ils peuvent rencontrer des gens. Le football a un rôle social. Je trouve très important que la Fédération de football ait accepté de collaborer à ce projet", déclare Zuhal Demir.

Rachid Madrane abonde. "Pouvoir jouer ici, au Football Centre, c'est une forme de reconnaissance pour les joueurs. Et c'est aussi un moyen de se rappeler qu'un tas de personnes vivent une situation difficile tout en restant dignes", a-t-il déclaré.

Le ministre des Sports de la Fédération Wallonie-Bruxelles en a dès lors profité pour rappeler à sa collègue du gouvernement fédéral "qu'il faut maintenir un filet de sécurité sociale. Il faut renforcer et consolider les politiques sociales, et non pas les couper."

Plus globalement, Rachid Madrane croit en "l'intégration par le sport. Mais ce qui est aussi en jeu c'est l'accès au sport pour tous. On parle beaucoup de la fracture sociale, on parle peu de la fracture sportive. Or, il y a un lien entre le niveau de vie et la pratique du sport ou l'accès aux infrastructures sportives. Nous devons lutter contre cette fracture."

Avec François De Keermaecker, président de l'Union belge de football (URBSFA), Zuhal Demir et Rachid Madrane ont défié une équipe de sans-abri lors d'une séance de tirs au but. Aucun des trois n'a réussi à transformer son tir au but.

Si leur position diverge sur bien des points, Zuhal Demir et Rachid Madrane s'accordent à dire que le football peut jouer un rôle social. "Une telle initiative est très belle", estime la nouvelle Secrétaire d'Etat à la Lutte contre la pauvreté et à l'Egalité des chances. "Via le football, les gens peuvent retrouver leur place dans la société. Le football aide à la collaboration entre les gens, au vivre ensemble. Via le football, les sans-abri peuvent retrouver confiance en eux-mêmes, ils peuvent rencontrer des gens. Le football a un rôle social. Je trouve très important que la Fédération de football ait accepté de collaborer à ce projet", déclare Zuhal Demir. Rachid Madrane abonde. "Pouvoir jouer ici, au Football Centre, c'est une forme de reconnaissance pour les joueurs. Et c'est aussi un moyen de se rappeler qu'un tas de personnes vivent une situation difficile tout en restant dignes", a-t-il déclaré. Le ministre des Sports de la Fédération Wallonie-Bruxelles en a dès lors profité pour rappeler à sa collègue du gouvernement fédéral "qu'il faut maintenir un filet de sécurité sociale. Il faut renforcer et consolider les politiques sociales, et non pas les couper." Plus globalement, Rachid Madrane croit en "l'intégration par le sport. Mais ce qui est aussi en jeu c'est l'accès au sport pour tous. On parle beaucoup de la fracture sociale, on parle peu de la fracture sportive. Or, il y a un lien entre le niveau de vie et la pratique du sport ou l'accès aux infrastructures sportives. Nous devons lutter contre cette fracture." Avec François De Keermaecker, président de l'Union belge de football (URBSFA), Zuhal Demir et Rachid Madrane ont défié une équipe de sans-abri lors d'une séance de tirs au but. Aucun des trois n'a réussi à transformer son tir au but.