Distributeur de petits ponts sur la pelouse du Pairay depuis son arrivée de ce côté de la frontière, Youssef Maziz a la technique de ceux qui n'ont pas besoin de regarder autour d'eux pour recevoir le ballon sans trembler. Pourtant, le chef d'orchestre prêté cet été par les Messins ajoute à sa panoplie technique et à son coup de reins un sens du jeu qui lui permet souvent de se libérer entre les lignes.
...

Distributeur de petits ponts sur la pelouse du Pairay depuis son arrivée de ce côté de la frontière, Youssef Maziz a la technique de ceux qui n'ont pas besoin de regarder autour d'eux pour recevoir le ballon sans trembler. Pourtant, le chef d'orchestre prêté cet été par les Messins ajoute à sa panoplie technique et à son coup de reins un sens du jeu qui lui permet souvent de se libérer entre les lignes. Capable de déceler très rapidement les atouts des hommes qui lui permettront de faire la différence, Jordi Condom a parfaitement compris ce que son Franco-Marocain pourrait lui apporter. Si le système varie parfois, la liberté de déplacement de Maziz est immuable. Sur toute la largeur, avec une préférence pour ce côté gauche qui lui permet de se retourner et de mettre son pied droit chirurgical face au jeu, le numéro 88 des Métallos traque la zone qui fera souffrir l'adversaire, comme un requin attiré par l'odeur du sang, pour directement regarder ses coéquipiers lancés sur la route des filets et chercher à les faire plonger dans la profondeur grâce à des ballons bien calibrés. Si Youssef Maziz a le registre d'un meneur de jeu moderne, le joueur prêté par Metz s'est plus souvent distingué dans les chiffres quand il s'est chargé lui-même de convertir les occasions plutôt qu'en les offrant aux autres. Sur coup franc contre Ostende, ou avec un flair intéressant pour entrer dans la surface et un sang-froid impressionnant pour conclure face aux mêmes Côtiers, au Cercle et à Eupen, Maziz a été le dénominateur commun de tous les buts inscrits par les Métallos lors des sept premières journées de la saison. Si l'arrivée de Georges Mikautadze devrait le soulager quelque peu de cette omniprésence, tout le reste du onze sérésien semble actuellement avoir été construit pour permettre à Maziz de s'exprimer dans les meilleures conditions. Épargné d'une partie des tâches défensives par Ibrahima Cissé, pas trop haut sur le terrain pour pouvoir bonifier l'importante possession des hommes de Condom, mais assez avancé pour rester en position d'être décisif à tout moment, Maziz est entouré de profils qui préfèrent les appels en profondeur aux ballons reçus dans les pieds. Un bon moyen d'augmenter l'espace dont il bénéficie entre les lignes, et donc d'élargir considérablement son impact sur le jeu. Les premiers appels en profondeur lui ouvrent des portes, les suivants lui permettent de déverrouiller celles des défenses adverses. Et au bout de ces ouvertures, c'est encore souvent lui qui guide le ballon jusqu'au fond des filets.