Youri Tielemans a été retitularisé, contre Ostende d'abord, puis contre le Standard et enfin contre Bruges dimanche dernier. Un des critères sur la base desquels la direction jugera Besnik Hasi pendant les play-offs est la progression des jeunes. John van den Brom était censé mener ce processus à bien mais le Néerlandais, limogé entre-temps, n'a pas honoré sa réputation. Hasi offre à Tielemans la confiance qui lui faisait défaut sous les ordres de son prédécesseur. À l'issue du revers à Liège, le nouvel entraîneur des Mauves a déclaré qu'il était "le seul à avoir essayé de jouer en première mi-temps."

Jean Kindermans, le directeur technique des jeunes, est heureux de la réhabilitation de Tielemans. "Si on nous avait dit, avant la saison, que Youri jouerait déjà en Ligue des Champions, nous aurions tous sauté en l'air de joie. On peut appréhender la situation sous deux angles : il n'a que seize ans et demi mais a acquis beaucoup d'expérience ou il a connu un passage à vide ces derniers mois et il a du mal à en émerger. Youri découvre le revers de la médaille. Il a quelque peu perdu confiance mais cette période est très enrichissante. Je ne mets certainement pas son talent en doute et encore moins la conviction qu'il va nous rendre de grands services, dès les play-offs. Youri a filé comme une comète et a immédiatement révélé l'étendue de son talent. Malgré tout ce qui s'est passé, il a signé de brillantes prestations cette saison. À Genk, par exemple, il a appris qu'il allait évoluer à l'arrière gauche cinq minutes avant le match, contre un professionnel chevronné tel que Thomas Buffel, qui a déclaré par la suite être vivement impressionné par Youri. En peu de temps, il est parvenu à se gagner les grâces du public anderlechtois, d'un naturel très critique. Il a conquis les coeurs mauves."

Dérapage à Malines Tielemans a effectué ses débuts dès la première journée. Quand Sacha Kljestan a quitté le terrain contre Lokeren, en première mi-temps, Van den Brom l'a remplacé par l'écolier de seize ans. Anderlecht s'est incliné (2-3) mais Tielemans a signé une jolie prestation. Ensuite, malgré la belle victoire contre le Cercle Bruges (0-4), il a rejoint le banc pour n'être à nouveau titularisé que deux mois plus tard. Avec des hauts et des bas jusqu'à ce qu'Anderlecht réalise un sept sur neuf en décembre contre Gand, le Standard et Zulte Waregem, chaque fois avec Tielemans. Le Sporting s'est extirpé de ses problèmes et le jeune médian a abordé la trêve hivernale avec confiance, après avoir été titularisé sept fois en 21 journées de championnat et s'être produit à quatre reprises en Ligue des Champions.

Puis, tout a dérapé. Anderlecht a loupé son début d'année contre Malines. Tielemans a été à la base de l'égalisation des Malinois et a été remplacé au repos. Le jeune talent a payé le prix de cette douloureuse défaite. Van den Brom lui a gréé une place mais l'équipe a encore flirté avec le fond contre Courtrai. Bien que le Sporting ait échappé in extremis à l'humiliation en égalisant 2-2, Van den Brom a infligé le coup de grâce au jeune médian en le renvoyant dans la tribune. Hasi ne lui a rendu de l'importance que cinq semaines plus tard, contre Ostende.

Kindermans : "Contre Malines, Youri a commis une petite erreur de placement devant le rectangle et il en a été puni. Il en a mentalement souffert. Trois semaines plus tard, contre Courtrai, il a été réaligné mais il n'était plus le Youri Tielemans que nous connaissions. Il a joué avec la peur au ventre, il a botté corners et coups francs avec moins d'audace et il l'a d'ailleurs reconnu. Malines et Courtrai ont constitué des apprentissages. Reste une question : que lui a-t-on dit après ?"

Abandonné à son sort Peu de choses. Van den Brom a échangé quelques mots avec l'adolescent puis l'a abandonné à son sort. "C'est ce que j'ai entendu dire", avance Kindermans avec prudence, car le passage de Van den Brom à Bruxelles reste un thème sensible. Le Néerlandais a perdu des plumes mais la direction a choisi le camp de l'entraîneur, laissant à l'entourage de Tielemans le soin de le remonter. Le jeune homme a cru qu'il était à l'origine de tout ce qui n'allait pas à Anderlecht. Kindermans : "L'entraîneur est responsable de la sélection, des remplacements et de sa communication. Nous pouvons quand même nous poser des questions sur ce qui s'est passé. Un an et demi après leurs débuts, Dennis Praet et Massimo Bruno stagnent dans leur progression. Ce n'est pas dramatique mais quand même : ils ne se sont pas améliorés. Nous devrons être plus vigilants à l'avenir, surtout dans l'accompagnement des jeunes quand ils rejoignent l'équipe première."

"Les jeunes ont déçu". Par ces quatre mots, le président Roger Vanden Stock a démoli la nouvelle ligne de conduite de son club, après le limogeage de Van den Brom. Ce n'est pas l'entraîneur ni les joueurs chevronnés qui étaient responsables des problèmes du club mais les jeunes. Kindermans ne se sent pas visé. "Si je suis certain d'une chose, c'est que les jeunes n'ont pas déçu. Le président s'est exprimé dans un contexte particulier. Ce ne sont pas les jeunes qui ont déçu mais les footballeurs déterminants qui ne leur ont pas tendu la main pour les hisser à un niveau supérieur. Des hommes dont nous pensions qu'ils compenseraient le départ de trois poids lourds, Biglia, Jovanovic et Mbokani. Ce sont eux qui ont échoué. Les jeunes n'étaient pas suffisamment entourés."

Un double programme Demy de Zeeuw n'a guère joué et son séjour à Bruxelles touche à sa fin. Guillaume Gillet et Sacha Kljestan peuvent trembler pour leur avenir au Sporting. Contre Ostende, Hasi a mis Gillet sur le banc. Le capitaine qui, dans ses interviews, avançait le manque de discipline des jeunes comme motif de l'échec du Sporting, avait lui-même brossé l'entraînement de décrassage suivant la défaite contre OHL, à cause de sa soirée d'anniversaire. Contre le Standard, il a quand même réenfilé le brassard et Kljestan est resté au vestiaire à la mi-temps. Ça n'a rien changé pour Tielemans.

Nous ne savons pas ce qu'il pense de la situation. Anderlecht ne l'autorise pas à accorder d'interview, même dans la mixed zone, après les matches. "Ce n'est pas de la censure, c'est pour préserver sa sérénité", selon le porte-parole David Steegen. "Youri doit prester à l'école et en sport de haut niveau. C'est extrêmement éprouvant : il est confronté à un double programme. En concertation avec ses parents, nous avons décidé de le décharger de toute tâche médiatique cette saison. Nous ferons peut-être une exception à la fin des play-offs mais cela dépendra des prestations."

PAR JAN HAUSPIE

Youri Tielemans a été retitularisé, contre Ostende d'abord, puis contre le Standard et enfin contre Bruges dimanche dernier. Un des critères sur la base desquels la direction jugera Besnik Hasi pendant les play-offs est la progression des jeunes. John van den Brom était censé mener ce processus à bien mais le Néerlandais, limogé entre-temps, n'a pas honoré sa réputation. Hasi offre à Tielemans la confiance qui lui faisait défaut sous les ordres de son prédécesseur. À l'issue du revers à Liège, le nouvel entraîneur des Mauves a déclaré qu'il était "le seul à avoir essayé de jouer en première mi-temps." Jean Kindermans, le directeur technique des jeunes, est heureux de la réhabilitation de Tielemans. "Si on nous avait dit, avant la saison, que Youri jouerait déjà en Ligue des Champions, nous aurions tous sauté en l'air de joie. On peut appréhender la situation sous deux angles : il n'a que seize ans et demi mais a acquis beaucoup d'expérience ou il a connu un passage à vide ces derniers mois et il a du mal à en émerger. Youri découvre le revers de la médaille. Il a quelque peu perdu confiance mais cette période est très enrichissante. Je ne mets certainement pas son talent en doute et encore moins la conviction qu'il va nous rendre de grands services, dès les play-offs. Youri a filé comme une comète et a immédiatement révélé l'étendue de son talent. Malgré tout ce qui s'est passé, il a signé de brillantes prestations cette saison. À Genk, par exemple, il a appris qu'il allait évoluer à l'arrière gauche cinq minutes avant le match, contre un professionnel chevronné tel que Thomas Buffel, qui a déclaré par la suite être vivement impressionné par Youri. En peu de temps, il est parvenu à se gagner les grâces du public anderlechtois, d'un naturel très critique. Il a conquis les coeurs mauves." Dérapage à Malines Tielemans a effectué ses débuts dès la première journée. Quand Sacha Kljestan a quitté le terrain contre Lokeren, en première mi-temps, Van den Brom l'a remplacé par l'écolier de seize ans. Anderlecht s'est incliné (2-3) mais Tielemans a signé une jolie prestation. Ensuite, malgré la belle victoire contre le Cercle Bruges (0-4), il a rejoint le banc pour n'être à nouveau titularisé que deux mois plus tard. Avec des hauts et des bas jusqu'à ce qu'Anderlecht réalise un sept sur neuf en décembre contre Gand, le Standard et Zulte Waregem, chaque fois avec Tielemans. Le Sporting s'est extirpé de ses problèmes et le jeune médian a abordé la trêve hivernale avec confiance, après avoir été titularisé sept fois en 21 journées de championnat et s'être produit à quatre reprises en Ligue des Champions. Puis, tout a dérapé. Anderlecht a loupé son début d'année contre Malines. Tielemans a été à la base de l'égalisation des Malinois et a été remplacé au repos. Le jeune talent a payé le prix de cette douloureuse défaite. Van den Brom lui a gréé une place mais l'équipe a encore flirté avec le fond contre Courtrai. Bien que le Sporting ait échappé in extremis à l'humiliation en égalisant 2-2, Van den Brom a infligé le coup de grâce au jeune médian en le renvoyant dans la tribune. Hasi ne lui a rendu de l'importance que cinq semaines plus tard, contre Ostende. Kindermans : "Contre Malines, Youri a commis une petite erreur de placement devant le rectangle et il en a été puni. Il en a mentalement souffert. Trois semaines plus tard, contre Courtrai, il a été réaligné mais il n'était plus le Youri Tielemans que nous connaissions. Il a joué avec la peur au ventre, il a botté corners et coups francs avec moins d'audace et il l'a d'ailleurs reconnu. Malines et Courtrai ont constitué des apprentissages. Reste une question : que lui a-t-on dit après ?" Abandonné à son sort Peu de choses. Van den Brom a échangé quelques mots avec l'adolescent puis l'a abandonné à son sort. "C'est ce que j'ai entendu dire", avance Kindermans avec prudence, car le passage de Van den Brom à Bruxelles reste un thème sensible. Le Néerlandais a perdu des plumes mais la direction a choisi le camp de l'entraîneur, laissant à l'entourage de Tielemans le soin de le remonter. Le jeune homme a cru qu'il était à l'origine de tout ce qui n'allait pas à Anderlecht. Kindermans : "L'entraîneur est responsable de la sélection, des remplacements et de sa communication. Nous pouvons quand même nous poser des questions sur ce qui s'est passé. Un an et demi après leurs débuts, Dennis Praet et Massimo Bruno stagnent dans leur progression. Ce n'est pas dramatique mais quand même : ils ne se sont pas améliorés. Nous devrons être plus vigilants à l'avenir, surtout dans l'accompagnement des jeunes quand ils rejoignent l'équipe première." "Les jeunes ont déçu". Par ces quatre mots, le président Roger Vanden Stock a démoli la nouvelle ligne de conduite de son club, après le limogeage de Van den Brom. Ce n'est pas l'entraîneur ni les joueurs chevronnés qui étaient responsables des problèmes du club mais les jeunes. Kindermans ne se sent pas visé. "Si je suis certain d'une chose, c'est que les jeunes n'ont pas déçu. Le président s'est exprimé dans un contexte particulier. Ce ne sont pas les jeunes qui ont déçu mais les footballeurs déterminants qui ne leur ont pas tendu la main pour les hisser à un niveau supérieur. Des hommes dont nous pensions qu'ils compenseraient le départ de trois poids lourds, Biglia, Jovanovic et Mbokani. Ce sont eux qui ont échoué. Les jeunes n'étaient pas suffisamment entourés." Un double programme Demy de Zeeuw n'a guère joué et son séjour à Bruxelles touche à sa fin. Guillaume Gillet et Sacha Kljestan peuvent trembler pour leur avenir au Sporting. Contre Ostende, Hasi a mis Gillet sur le banc. Le capitaine qui, dans ses interviews, avançait le manque de discipline des jeunes comme motif de l'échec du Sporting, avait lui-même brossé l'entraînement de décrassage suivant la défaite contre OHL, à cause de sa soirée d'anniversaire. Contre le Standard, il a quand même réenfilé le brassard et Kljestan est resté au vestiaire à la mi-temps. Ça n'a rien changé pour Tielemans. Nous ne savons pas ce qu'il pense de la situation. Anderlecht ne l'autorise pas à accorder d'interview, même dans la mixed zone, après les matches. "Ce n'est pas de la censure, c'est pour préserver sa sérénité", selon le porte-parole David Steegen. "Youri doit prester à l'école et en sport de haut niveau. C'est extrêmement éprouvant : il est confronté à un double programme. En concertation avec ses parents, nous avons décidé de le décharger de toute tâche médiatique cette saison. Nous ferons peut-être une exception à la fin des play-offs mais cela dépendra des prestations." PAR JAN HAUSPIE