"Cela n'a rien à voir avec la qualité de l'équipe", a analysé Tielemans. "L'année dernière, nous n'avons pas pris un top départ non plus et on a fini deuxième. Cette saison, on a beaucoup de mal à gagner, à rester concentrés. Nous commettons beaucoup d'erreurs de placement au début ou à la fin des matchs. Il faut plus de concentration, mais cela n'a rien à voir avec la qualités. C'est une question de concentration et de confiance: le fait de perdre des matchs, la confiance en prend en coup." Le milieu de terrain prend l'exemple du match contre Bruges (0-4). "C'était le point le plus bas. On avait pourtant bien commencé en se créant deux belles occasions, toutes deux manquées. Et sur le premier contre, c'est 0-1. Puis 0-2 et 0-3 après 25 minutes. C'était très douloureux." A Monaco, Tielemans a retrouvé Thierry Henry, qui a été pendant deux ans l'adjoint de Roberto Martinez chez les Diables Rouges. "Sa fonction est différente. Il y a plus de distance avec les joueurs, c'est logique. C'est quelqu'un d'assez cool en dehors du terrain, mais sur le terrain on ne chôme pas. On travaille des aspects qu'il aimerait introduire. Il est choqué car les résultats ne suivent pas. Cela le déçoit mais il est satisfait par l'attitude à l'entraînement des joueurs." Dans ce contexte, l'équipe nationale représente-t-elle une bouffée d'oxygène pour le joueur? "Je viens toujours ici avec grand plaisir, c'est un bonheur de faire partie de ce groupe. J'essaye de ne pas penser au club, de faire la part des choses", a résumé Tielemans. "Tous les joueurs sont différents, que ce soit ici ou à Monaco. Là bas on a beaucoup de nouveaux, de jeunes et de blessés. Ici, c'est un groupe qui se connaît depuis des années, les automatismes sont là." En l'absence de Kevin De Bruyne, Tielemans a pu enchaîner quatre titularisations de rang depuis septembre. Le meneur de jeu de Manchester City est à nouveau indisponible, ce qui pourrait offrir au médian de Monaco, 21 ans, une place dans le onze de base. Et de s'ériger comme l'un des nouveaux patrons de l'équipe? "En tant que milieu de terrain, guider l'équipe et diriger les autres joueurs, ça te vient naturellement", a souri Tielemans. (Belga)

"Cela n'a rien à voir avec la qualité de l'équipe", a analysé Tielemans. "L'année dernière, nous n'avons pas pris un top départ non plus et on a fini deuxième. Cette saison, on a beaucoup de mal à gagner, à rester concentrés. Nous commettons beaucoup d'erreurs de placement au début ou à la fin des matchs. Il faut plus de concentration, mais cela n'a rien à voir avec la qualités. C'est une question de concentration et de confiance: le fait de perdre des matchs, la confiance en prend en coup." Le milieu de terrain prend l'exemple du match contre Bruges (0-4). "C'était le point le plus bas. On avait pourtant bien commencé en se créant deux belles occasions, toutes deux manquées. Et sur le premier contre, c'est 0-1. Puis 0-2 et 0-3 après 25 minutes. C'était très douloureux." A Monaco, Tielemans a retrouvé Thierry Henry, qui a été pendant deux ans l'adjoint de Roberto Martinez chez les Diables Rouges. "Sa fonction est différente. Il y a plus de distance avec les joueurs, c'est logique. C'est quelqu'un d'assez cool en dehors du terrain, mais sur le terrain on ne chôme pas. On travaille des aspects qu'il aimerait introduire. Il est choqué car les résultats ne suivent pas. Cela le déçoit mais il est satisfait par l'attitude à l'entraînement des joueurs." Dans ce contexte, l'équipe nationale représente-t-elle une bouffée d'oxygène pour le joueur? "Je viens toujours ici avec grand plaisir, c'est un bonheur de faire partie de ce groupe. J'essaye de ne pas penser au club, de faire la part des choses", a résumé Tielemans. "Tous les joueurs sont différents, que ce soit ici ou à Monaco. Là bas on a beaucoup de nouveaux, de jeunes et de blessés. Ici, c'est un groupe qui se connaît depuis des années, les automatismes sont là." En l'absence de Kevin De Bruyne, Tielemans a pu enchaîner quatre titularisations de rang depuis septembre. Le meneur de jeu de Manchester City est à nouveau indisponible, ce qui pourrait offrir au médian de Monaco, 21 ans, une place dans le onze de base. Et de s'ériger comme l'un des nouveaux patrons de l'équipe? "En tant que milieu de terrain, guider l'équipe et diriger les autres joueurs, ça te vient naturellement", a souri Tielemans. (Belga)