Très vite, son nom a été associé à différents clubs. Et ça n'a pas changé entre-temps. Le carrousel des rumeurs ne s'arrête jamais. "Dès que tu sais jouer au foot, on te cite à droite et à gauche. Là aussi, je reste calme, je ne m'emballe pas. J'ai grandi avec ces rumeurs." Les bruits sur son futur, il les évite. Pour résumer: il joue à Anderlecht, il est heureux au Sporting et il ne réfléchira que quand la saison sera terminée. "Je ne peux pas me permettre de penser à autre chose qu'à Anderlecht. Si je le faisais, ça pourrait avoir une incidence sur mes prestations. Et ça, je n'en veux pas. En tant que joueur du club, j'ai le devoir de me concentrer à 100% pour mon employeur. Je réfléchirai à mon futur après la saison et il y a sûrement des chances que je reste. Je suis super heureux à Anderlecht."

Un nouveau défi ?

Et s'il doit choisir une nouvelle équipe, il impliquera sa petite amie dans sa réflexion. "Évidemment. Il faut que ça nous convienne à tous les deux."

ZOË GHAÏLANI:"Tu ne dois pas tenir compte de moi. Vraiment. Même si tu reçois à la limite une proposition pour aller jouer en Chine. Le plus important, c'est ta carrière et je te suivrai. Une fois que j'aurai terminé mes études, je pourrai travailler n'importe où."

On comprend en tout cas qu'elle aussi veut faire carrière. "Pour moi, peu importe où ce sera, mais c'est important que j'aie ma vie, mon monde. Je ne veux pas vivre uniquement dans le monde de Yari. Tout le monde me parle de lui, je trouve ça chouette, mais après je veux penser à moi, à qui je suis, m'occuper des gens qui s'intéressent à moi pour ce que je suis et pas parce que je suis la compagne d'un footballeur. L'université, par exemple, c'est mon monde. Il y a des gens qui savent que je suis avec Yari, mais ils ne me voient pas autrement pour autant. Ils me connaissent en tant que Zoë et on est tous dans le même bateau, on doit bosser dur pour y arriver."

YARI VERSCHAEREN:"Je trouve bien que Zoë soit aussi passionnée et qu'elle ait aussi ses objectifs. Pour moi, il n'y a rien de plus normal."

Même si ce n'est pas ce qui le préoccupe pour le moment, on l'a compris, il envisage une aventure à deux, où que ce soit. "J'ai un instinct aventurier. C'est aussi pour ça qu'on joue au football. Pour aller le plus haut possible, pour relever d'autres défis. Des défis sur le plan privé aussi. Que nous réserve l'avenir? Je suis très, très confiant."

Retrouvez cet entretien complet avec Yari Verschaeren et sa compagne dans notre mensuel du mois de mai ou dans notre Zone +.

Très vite, son nom a été associé à différents clubs. Et ça n'a pas changé entre-temps. Le carrousel des rumeurs ne s'arrête jamais. "Dès que tu sais jouer au foot, on te cite à droite et à gauche. Là aussi, je reste calme, je ne m'emballe pas. J'ai grandi avec ces rumeurs." Les bruits sur son futur, il les évite. Pour résumer: il joue à Anderlecht, il est heureux au Sporting et il ne réfléchira que quand la saison sera terminée. "Je ne peux pas me permettre de penser à autre chose qu'à Anderlecht. Si je le faisais, ça pourrait avoir une incidence sur mes prestations. Et ça, je n'en veux pas. En tant que joueur du club, j'ai le devoir de me concentrer à 100% pour mon employeur. Je réfléchirai à mon futur après la saison et il y a sûrement des chances que je reste. Je suis super heureux à Anderlecht." Un nouveau défi ?Et s'il doit choisir une nouvelle équipe, il impliquera sa petite amie dans sa réflexion. "Évidemment. Il faut que ça nous convienne à tous les deux."ZOË GHAÏLANI:"Tu ne dois pas tenir compte de moi. Vraiment. Même si tu reçois à la limite une proposition pour aller jouer en Chine. Le plus important, c'est ta carrière et je te suivrai. Une fois que j'aurai terminé mes études, je pourrai travailler n'importe où."On comprend en tout cas qu'elle aussi veut faire carrière. "Pour moi, peu importe où ce sera, mais c'est important que j'aie ma vie, mon monde. Je ne veux pas vivre uniquement dans le monde de Yari. Tout le monde me parle de lui, je trouve ça chouette, mais après je veux penser à moi, à qui je suis, m'occuper des gens qui s'intéressent à moi pour ce que je suis et pas parce que je suis la compagne d'un footballeur. L'université, par exemple, c'est mon monde. Il y a des gens qui savent que je suis avec Yari, mais ils ne me voient pas autrement pour autant. Ils me connaissent en tant que Zoë et on est tous dans le même bateau, on doit bosser dur pour y arriver."YARI VERSCHAEREN:"Je trouve bien que Zoë soit aussi passionnée et qu'elle ait aussi ses objectifs. Pour moi, il n'y a rien de plus normal." Même si ce n'est pas ce qui le préoccupe pour le moment, on l'a compris, il envisage une aventure à deux, où que ce soit. "J'ai un instinct aventurier. C'est aussi pour ça qu'on joue au football. Pour aller le plus haut possible, pour relever d'autres défis. Des défis sur le plan privé aussi. Que nous réserve l'avenir? Je suis très, très confiant." Retrouvez cet entretien complet avec Yari Verschaeren et sa compagne dans notre mensuel du mois de mai ou dans notre Zone +.