Le placement en détention provisoire, sollicité par le juge d'instruction conformément aux réquisitions du parquet, n'a pas été ordonné par le juge des libertés et de la détention, a précisé la procureure de la République de Mulhouse, Edwige Roux-Morizot. L'ancien sportif de 29 ans, reconverti dans l'e-sport et consultant dans divers médias, a quitté le tribunal de Mulhouse vers 19H50, accompagné de quelques proches, sans faire de déclarations. La procureure de la République de Mulhouse avait précisé jeudi à l'AFP qu'une plainte avait été déposée l'été dernier pour des faits remontant "à peu près à 2016". Selon L'Equipe, "l'enquête ferait suite à une plainte d'une nageuse qui s'entraînait avec Agnel à Mulhouse entre 2014 et 2016". "Plusieurs nageurs ou anciens nageurs ont été auditionnés ces dernières semaines", avait ajouté le quotidien sportif. Double champion olympique en 2012, Yannick Agnel avait ensuite tenté une expérience aux Etats-Unis, avant de rentrer en France et de prendre une licence au Mulhouse Olympic Natation (MON) en septembre 2014. Il s'y est entraîné durant deux ans sous la houlette de Lionel Horter, jusqu'aux JO-2016. Yannick Agnel possède l'un des plus beaux palmarès de la natation française: il a été double champion olympique à Londres en 2012 sur le 200 m nage libre et le relais 4x100 m, avant d'être sacré champion du monde dans ces deux disciplines en 2013. Toutefois, aux JO de Rio en 2016, il avait été éliminé dès les séries du 200 m nage libre et il avait annoncé sa retraite sportive dans la foulée. Après sa carrière sportive, Yannick Agnel est notamment devenu consultant pour France Télévisions en 2019. Il a commenté les épreuves de natation pour les chaînes du groupe lors des JO de Tokyo cet été. Il s'est aussi investi dans l'e-sport: il est directeur sportif d'un club et, depuis quelques mois, consultant e-sport pour Franceinfo, pour laquelle il réalisait jusqu'ici une chronique hebdomadaire et un podcast mensuel. La radio a cependant annoncé jeudi à l'AFP suspendre sa collaboration avec Agnel "en raison de la procédure judiciaire en cours", jusqu'aux conclusions de l'enquête. (Belga)

Le placement en détention provisoire, sollicité par le juge d'instruction conformément aux réquisitions du parquet, n'a pas été ordonné par le juge des libertés et de la détention, a précisé la procureure de la République de Mulhouse, Edwige Roux-Morizot. L'ancien sportif de 29 ans, reconverti dans l'e-sport et consultant dans divers médias, a quitté le tribunal de Mulhouse vers 19H50, accompagné de quelques proches, sans faire de déclarations. La procureure de la République de Mulhouse avait précisé jeudi à l'AFP qu'une plainte avait été déposée l'été dernier pour des faits remontant "à peu près à 2016". Selon L'Equipe, "l'enquête ferait suite à une plainte d'une nageuse qui s'entraînait avec Agnel à Mulhouse entre 2014 et 2016". "Plusieurs nageurs ou anciens nageurs ont été auditionnés ces dernières semaines", avait ajouté le quotidien sportif. Double champion olympique en 2012, Yannick Agnel avait ensuite tenté une expérience aux Etats-Unis, avant de rentrer en France et de prendre une licence au Mulhouse Olympic Natation (MON) en septembre 2014. Il s'y est entraîné durant deux ans sous la houlette de Lionel Horter, jusqu'aux JO-2016. Yannick Agnel possède l'un des plus beaux palmarès de la natation française: il a été double champion olympique à Londres en 2012 sur le 200 m nage libre et le relais 4x100 m, avant d'être sacré champion du monde dans ces deux disciplines en 2013. Toutefois, aux JO de Rio en 2016, il avait été éliminé dès les séries du 200 m nage libre et il avait annoncé sa retraite sportive dans la foulée. Après sa carrière sportive, Yannick Agnel est notamment devenu consultant pour France Télévisions en 2019. Il a commenté les épreuves de natation pour les chaînes du groupe lors des JO de Tokyo cet été. Il s'est aussi investi dans l'e-sport: il est directeur sportif d'un club et, depuis quelques mois, consultant e-sport pour Franceinfo, pour laquelle il réalisait jusqu'ici une chronique hebdomadaire et un podcast mensuel. La radio a cependant annoncé jeudi à l'AFP suspendre sa collaboration avec Agnel "en raison de la procédure judiciaire en cours", jusqu'aux conclusions de l'enquête. (Belga)