"Je suis très bien entrée dans la partie", a confié la gauchère de Bilovec. "Je suis parvenue à lui mettre beaucoup de pression et je me suis aussi appliquée dans mes déplacements. Il s'agissait de mon premier match sur terre battue, qui plus est contre une joueuse que je ne connaissais pas du tout. Et j'ai dû sortir le grand jeu pour gagner. C'est une excellente joueuse de terre battue et elle l'a montré lors de cette rencontre. C'est la preuve de la densité du tennis féminin. Le niveau est devenu très élevé". Petra Kvitova attend désormais la gagnante du match entre la Lettone Anastasija Sevastova (WTA 13) et l'Allemande Laura Siegemund (WTA 99). Et même si la terre battue n'est pas sa surface de prédilection, l'ancienne lauréate de Wimbledon, en 2011 et 2014, espère y signer de bons résultats cette année. "J'ai été éduqué sur terre, mais en hiver, je jouais toujours sur des surfaces très rapides, qui me convenaient mieux", a ajouté la Tchèque, qui a déjà atteint les demi-finales à Roland Garros, en 2012. "Cela dit, j'essaie toujours de m'améliorer. J'ai beaucoup travaillé physiquement pour revenir après mon agression et je me déplace peut-être mieux que du temps où j'ai gagné Wimbledon, oui. En tout cas, pour un premier match, je suis contente. (Belga)

"Je suis très bien entrée dans la partie", a confié la gauchère de Bilovec. "Je suis parvenue à lui mettre beaucoup de pression et je me suis aussi appliquée dans mes déplacements. Il s'agissait de mon premier match sur terre battue, qui plus est contre une joueuse que je ne connaissais pas du tout. Et j'ai dû sortir le grand jeu pour gagner. C'est une excellente joueuse de terre battue et elle l'a montré lors de cette rencontre. C'est la preuve de la densité du tennis féminin. Le niveau est devenu très élevé". Petra Kvitova attend désormais la gagnante du match entre la Lettone Anastasija Sevastova (WTA 13) et l'Allemande Laura Siegemund (WTA 99). Et même si la terre battue n'est pas sa surface de prédilection, l'ancienne lauréate de Wimbledon, en 2011 et 2014, espère y signer de bons résultats cette année. "J'ai été éduqué sur terre, mais en hiver, je jouais toujours sur des surfaces très rapides, qui me convenaient mieux", a ajouté la Tchèque, qui a déjà atteint les demi-finales à Roland Garros, en 2012. "Cela dit, j'essaie toujours de m'améliorer. J'ai beaucoup travaillé physiquement pour revenir après mon agression et je me déplace peut-être mieux que du temps où j'ai gagné Wimbledon, oui. En tout cas, pour un premier match, je suis contente. (Belga)