Avec 25 coups gagnants pour 29 fautes directes, Kiki Bertens a dicté la plupart des échanges pour s'adjuger le titre le plus significatif de sa carrière à 27 ans. Quant à la Roumaine, qui disputait son premier tournoi sur ocre de la saison, elle s'est montrée trop friable sur son service avec seulement 53% de points gagnés sur sa première balle. Affichant aussi un ratio de 9 coups gagnants pour 21 fautes directes, la tenante du titre à Roland-Garros n'a pas pu revendiquer la victoire. Bertens décroche à Madrid le 9e titre de sa carrière, le 2e en 2019 après Saint-Pétersbourg, le tout en 11 finales. L'année dernière, elle s'était inclinée en finale dans la capitale espagnole, battue par la Tchèque Petra Kvitova au terme d'un combat de trois sets. Lundi, elle deviendra la Néerlandaise la mieux classée de l'histoire en atteignant le 4e rang mondial. Bertens, qui aura son mot à dire aux prochains Internationaux de France, est la première à remporter le tournoi madrilène sans perdre le moindre set. Elle a pourtant affronté Jelena Ostapenko (WTA 29), lauréate à Roland-Garros en 2017, Anastasija Sevastova (WTA 13), Petra Kvitova (WTA 2), Sloane Stephens (WTA 8) et Halep. Halep, lauréate à Madrid en 2016 et 2017, n'est pas parvenue à ajouter un 19e titre à son palmarès, elle qui court après un premier trophée cette saison. Déjà battue en finale à Doha par Elise Mertens, la Roumaine a aussi manqué l'occasion de ravir la place de N.1 mondiale à la Japonaise Naomi Osaka, éliminée en quarts cette semaine à Madrid. (Belga)