"Si j'ai douté que cela en valait encore la peine ? Il y a certainement eu des moments où avec le Covid, les choses n'ont pas été évidentes", a-t-elle expliqué dimanche. "Je ne me voyais ainsi pas voyager en Europe sans les enfants, ou même avec, pour jouer quelques tournois en devant rester dans des bulles. Mais j'ai assez vite fait le switch de me dire 'OK, ce n'est pas que cela ne devient pas urgent vu ma situation (NdlR : elle a 38 ans), mais je vais patienter et profiter de ces quelques mois pour m'atteler aux aspects que je peux encore améliorer au niveau de mon tennis". Kim Clijsters a également avoué avoir été inspirée par un certain Andy Murray (ATP 113), 34 ans, ancien N.1 mondial et vainqueur de l'US Open comme elle, qui est revenu sur le circuit après deux opérations à la hanche droite. "Voir un joueur comme Andy parler aussi ouvertement de son come-back et des difficultés qu'il rencontre... ", a-t-elle poursuivi. " La conviction qui l'habite qu'il peut encore être compétitif. C'est tellement motivant et cela donne tellement d'énergie ! Cela fait longtemps que je n'ai plus disputé de matches, mais je prends toujours beaucoup de plaisir à me rendre à l'entraînement, à travailler ma condition physique. Voir comment mon corps réagit, comment il s'adapte à de nouvelles techniques, comment combiner le tout avec ma vie de famille. Le défi est toujours présent. Et tant que je sens que je progresse, je vais continuer à faire le maximum". (Belga)

"Si j'ai douté que cela en valait encore la peine ? Il y a certainement eu des moments où avec le Covid, les choses n'ont pas été évidentes", a-t-elle expliqué dimanche. "Je ne me voyais ainsi pas voyager en Europe sans les enfants, ou même avec, pour jouer quelques tournois en devant rester dans des bulles. Mais j'ai assez vite fait le switch de me dire 'OK, ce n'est pas que cela ne devient pas urgent vu ma situation (NdlR : elle a 38 ans), mais je vais patienter et profiter de ces quelques mois pour m'atteler aux aspects que je peux encore améliorer au niveau de mon tennis". Kim Clijsters a également avoué avoir été inspirée par un certain Andy Murray (ATP 113), 34 ans, ancien N.1 mondial et vainqueur de l'US Open comme elle, qui est revenu sur le circuit après deux opérations à la hanche droite. "Voir un joueur comme Andy parler aussi ouvertement de son come-back et des difficultés qu'il rencontre... ", a-t-elle poursuivi. " La conviction qui l'habite qu'il peut encore être compétitif. C'est tellement motivant et cela donne tellement d'énergie ! Cela fait longtemps que je n'ai plus disputé de matches, mais je prends toujours beaucoup de plaisir à me rendre à l'entraînement, à travailler ma condition physique. Voir comment mon corps réagit, comment il s'adapte à de nouvelles techniques, comment combiner le tout avec ma vie de famille. Le défi est toujours présent. Et tant que je sens que je progresse, je vais continuer à faire le maximum". (Belga)