Vice-champion du monde à quatre reprises, dont les trois dernières années, Neuville ne cache pas ses ambitions: "L'objectif est toujours le même en effet. C'est être champion du monde", confiait encore notre compatriote il y a quelques jours. "On a été très proche ces dernières années. Il a manqué à chaque fois quelque chose, on va essayer d'améliorer cela cette saison". Neuville trouvera au sein de Hyundai un environnement légèrement différent par rapport à ces dernières années. A la tête de l'écurie tout d'abord, où le Français Michel Nandan a été remplacé par l'Italien Andrea Adamo. Surtout, lors de six rallyes, Neuville aura un équipier de luxe: le Français Sébastien Loeb, neuf titres de champion du monde et 79 victoires en WRC à son palmarès. Alors que sa dernière saison complète remonte à 2012 et qu'il n'avait plus disputé la moindre course en WRC depuis 2015, Loeb s'était illustré lors de ses trois piges en 2018, terminant 5e au Mexique (après avoir mené la course), 14e en Corse et s'imposant en Espagne. "L'arrivée de Sébastien Loeb est une bonne chose", a commenté Neuville. "C'est de toute façon mieux de l'avoir avec nous plutôt que contre nous. Il va apporter son expérience, c'est très positif. Et puis pour le titre constructeur, c'est important aussi qu'il soit là". Le sextuple champion du monde Sébastien Ogier roulera cette saison au volant d'une Citroën. Le Français visera ainsi un titre avec un troisième constructeur différent, après Volkswagen (de 2013 à 2016) et M-Sport/Ford (2017 et 2018). L'Estonien Ott Tänak, impressionnant durant la deuxième partie de la saison avec sa Toyota, est le troisième favori dans la course au titre. Le championnat comptera 14 épreuves, une de plus que l'année passée. Les 13 rallyes de 2018 ont été confirmés. Le Chili (9-12 mai) fait son apparition pour la première fois, devenant ainsi le 32e pays à accueillir une manche du championnat depuis sa création en 1973. Cette année encore, le Monte-Carlo ouvre les débats. Le coup d'envoi de la saison sera donné jeudi soir au coeur de Gap par deux spéciales difficiles et inédites disputées de nuit dans le sud des Alpes. Vendredi, deux boucles de trois spéciales, pour un total de 125 kilomètres. Samedi, direction le nord pour retrouver un terrain plus familier. Deux boucles de deux spéciales précèdent la dernière assistance de l'épreuve à Gap et une longue liaison pour rallier Monaco. Le final, dimanche, à travers les massifs des Alpes-Maritimes surplombant la Principauté, est classique. Il y aura deux passages sur le légendaire Col de Turini. (Belga)

Vice-champion du monde à quatre reprises, dont les trois dernières années, Neuville ne cache pas ses ambitions: "L'objectif est toujours le même en effet. C'est être champion du monde", confiait encore notre compatriote il y a quelques jours. "On a été très proche ces dernières années. Il a manqué à chaque fois quelque chose, on va essayer d'améliorer cela cette saison". Neuville trouvera au sein de Hyundai un environnement légèrement différent par rapport à ces dernières années. A la tête de l'écurie tout d'abord, où le Français Michel Nandan a été remplacé par l'Italien Andrea Adamo. Surtout, lors de six rallyes, Neuville aura un équipier de luxe: le Français Sébastien Loeb, neuf titres de champion du monde et 79 victoires en WRC à son palmarès. Alors que sa dernière saison complète remonte à 2012 et qu'il n'avait plus disputé la moindre course en WRC depuis 2015, Loeb s'était illustré lors de ses trois piges en 2018, terminant 5e au Mexique (après avoir mené la course), 14e en Corse et s'imposant en Espagne. "L'arrivée de Sébastien Loeb est une bonne chose", a commenté Neuville. "C'est de toute façon mieux de l'avoir avec nous plutôt que contre nous. Il va apporter son expérience, c'est très positif. Et puis pour le titre constructeur, c'est important aussi qu'il soit là". Le sextuple champion du monde Sébastien Ogier roulera cette saison au volant d'une Citroën. Le Français visera ainsi un titre avec un troisième constructeur différent, après Volkswagen (de 2013 à 2016) et M-Sport/Ford (2017 et 2018). L'Estonien Ott Tänak, impressionnant durant la deuxième partie de la saison avec sa Toyota, est le troisième favori dans la course au titre. Le championnat comptera 14 épreuves, une de plus que l'année passée. Les 13 rallyes de 2018 ont été confirmés. Le Chili (9-12 mai) fait son apparition pour la première fois, devenant ainsi le 32e pays à accueillir une manche du championnat depuis sa création en 1973. Cette année encore, le Monte-Carlo ouvre les débats. Le coup d'envoi de la saison sera donné jeudi soir au coeur de Gap par deux spéciales difficiles et inédites disputées de nuit dans le sud des Alpes. Vendredi, deux boucles de trois spéciales, pour un total de 125 kilomètres. Samedi, direction le nord pour retrouver un terrain plus familier. Deux boucles de deux spéciales précèdent la dernière assistance de l'épreuve à Gap et une longue liaison pour rallier Monaco. Le final, dimanche, à travers les massifs des Alpes-Maritimes surplombant la Principauté, est classique. Il y aura deux passages sur le légendaire Col de Turini. (Belga)