Neuville s'est adressé à la presse automobile assemblée avec autant de confiance que jamais mercredi soir. En anglais puis en français. Apparemment imperturbable, mais toujours avec quelques points d'interrogation. "Un pronostic ? Je n'en ai aucune idée. Les deux dernières années, j'étais en compétition pour la victoire et l'année dernière, j'ai gagné. Permettez-moi de dire que nous allons maintenant essayer de gagner le plus grand nombre de points possibles. Je ne sais pas à quoi m'attendre, mais je sais que ce sera un rallye difficile. Soit il y a un clic avec Martijn après trois virages, soit cela prendra du temps. Il y a trop de facteurs inconnus pour donner une réponse maintenant. Regardez l'année dernière, quand Dani Sordo était mon ouvreur. Le premier jour, la coopération a été difficile. Le lendemain, c'était fini et nous avons gagné le rallye. Ce sera notre première collaboration, mais ce n'est pas sa première fois dans une voiture de rallye. Il a beaucoup d'expérience, connaît l'équipe, est motivé mais sait que ce sera difficile. Mais ce sera encore plus difficile pour moi parce que parfois il y aura beaucoup de choses techniques qu'il devra encore découvrir et on attend davantage de moi. Mais c'est ce que c'est", a déclaré Thierry Neuville. En raison de l'absence de shakedown, Neuville et Wydaeghe ne feront pas leurs premiers mètres ensemble dans une voiture de rallye avant jeudi après-midi lors de la première spéciale. "Il a de l'expérience, il veut apprendre et c'est un pro. Les trois derniers jours de reconnaissance, nous nous sommes concentrés sur la prononciation et le rythme. Il est néerlandophone, mais a une excellente maîtrise du français. Il sait quoi faire, mais il a encore 101 choses à découvrir. Il recevra également beaucoup de soutien de la part de l'équipe dans les jours à venir, car il y a quelques jours, il n'était pas question pour lui du Monte Carlo. Il a copié les notes de Nicolas et a développé son propre système. Au cours d'une étape, les notes doivent souvent être ajustées. Il fallait que je trouve la meilleure solution à un problème. Que je ne commence pas comme un favori n'est pas frustrant. Nicolas Gilsoul reviendra-t-il ? Pas de commentaire", a conclu Neuville. . (Belga)

Neuville s'est adressé à la presse automobile assemblée avec autant de confiance que jamais mercredi soir. En anglais puis en français. Apparemment imperturbable, mais toujours avec quelques points d'interrogation. "Un pronostic ? Je n'en ai aucune idée. Les deux dernières années, j'étais en compétition pour la victoire et l'année dernière, j'ai gagné. Permettez-moi de dire que nous allons maintenant essayer de gagner le plus grand nombre de points possibles. Je ne sais pas à quoi m'attendre, mais je sais que ce sera un rallye difficile. Soit il y a un clic avec Martijn après trois virages, soit cela prendra du temps. Il y a trop de facteurs inconnus pour donner une réponse maintenant. Regardez l'année dernière, quand Dani Sordo était mon ouvreur. Le premier jour, la coopération a été difficile. Le lendemain, c'était fini et nous avons gagné le rallye. Ce sera notre première collaboration, mais ce n'est pas sa première fois dans une voiture de rallye. Il a beaucoup d'expérience, connaît l'équipe, est motivé mais sait que ce sera difficile. Mais ce sera encore plus difficile pour moi parce que parfois il y aura beaucoup de choses techniques qu'il devra encore découvrir et on attend davantage de moi. Mais c'est ce que c'est", a déclaré Thierry Neuville. En raison de l'absence de shakedown, Neuville et Wydaeghe ne feront pas leurs premiers mètres ensemble dans une voiture de rallye avant jeudi après-midi lors de la première spéciale. "Il a de l'expérience, il veut apprendre et c'est un pro. Les trois derniers jours de reconnaissance, nous nous sommes concentrés sur la prononciation et le rythme. Il est néerlandophone, mais a une excellente maîtrise du français. Il sait quoi faire, mais il a encore 101 choses à découvrir. Il recevra également beaucoup de soutien de la part de l'équipe dans les jours à venir, car il y a quelques jours, il n'était pas question pour lui du Monte Carlo. Il a copié les notes de Nicolas et a développé son propre système. Au cours d'une étape, les notes doivent souvent être ajustées. Il fallait que je trouve la meilleure solution à un problème. Que je ne commence pas comme un favori n'est pas frustrant. Nicolas Gilsoul reviendra-t-il ? Pas de commentaire", a conclu Neuville. . (Belga)