"Si on me dit demain que je dois partir, et si personne ne vient me chercher, pas de souci, je ferai autre chose. Je m'implique à 200% pour que ça fonctionne, et si on estime que ce n'est pas suffisant, pas de problème, je m'inclinerai. Je veux toujours gagner mais ce n'est qu'une pression à court terme. À long terme, je suis quelqu'un de très tranquille. Si tu as vraiment envie de bosser, tu trouveras toujours quelque chose. Et pour moi, ça ne doit pas nécessairement être dans le monde du foot."

Cette façon de considérer son boulot le pousse parfois à poser des choix étonnants, comme quand il a quitté son poste à Lommel. "Pour la majorité, un entraîneur qui fait des bons résultats passe ensuite dans une meilleure équipe. Ça pourrait être mon cas aussi. Mais il n'y a rien de sûr. La prochaine étape, pour moi, ça pourrait être quelque chose de complètement différent. Je n'exclus rien, ça peut partir dans tous les sens. Simplement, après quatre ans à Malines, j'ai envie de sortir de ma zone de confort. Il est fort possible qu'on ne comprenne pas bien le choix que je ferai."

Il n'a rien en tête pour le moment. Simplement, il sait que son histoire malinoise pourrait se terminer prochainement. Il part du principe que la vie lui offrira ce qu'elle a à lui offrir. "Je pense que tout est écrit à l'avance mais je n'ai aucune idée de mon futur. J'ai pleine confiance en l'avenir et ça me rend serein. Je verrai bien ce qu'on me proposera, et au moment venu, j'y réfléchirai."

Lire la suite de notre rencontre à la découverte de l'homme derrière le coach Wouter Vrancken dans la version papier du mensuel de Sport/Foot Magazine paru ce 4 mars ou dans notre zone +

"Si on me dit demain que je dois partir, et si personne ne vient me chercher, pas de souci, je ferai autre chose. Je m'implique à 200% pour que ça fonctionne, et si on estime que ce n'est pas suffisant, pas de problème, je m'inclinerai. Je veux toujours gagner mais ce n'est qu'une pression à court terme. À long terme, je suis quelqu'un de très tranquille. Si tu as vraiment envie de bosser, tu trouveras toujours quelque chose. Et pour moi, ça ne doit pas nécessairement être dans le monde du foot."Cette façon de considérer son boulot le pousse parfois à poser des choix étonnants, comme quand il a quitté son poste à Lommel. "Pour la majorité, un entraîneur qui fait des bons résultats passe ensuite dans une meilleure équipe. Ça pourrait être mon cas aussi. Mais il n'y a rien de sûr. La prochaine étape, pour moi, ça pourrait être quelque chose de complètement différent. Je n'exclus rien, ça peut partir dans tous les sens. Simplement, après quatre ans à Malines, j'ai envie de sortir de ma zone de confort. Il est fort possible qu'on ne comprenne pas bien le choix que je ferai." Il n'a rien en tête pour le moment. Simplement, il sait que son histoire malinoise pourrait se terminer prochainement. Il part du principe que la vie lui offrira ce qu'elle a à lui offrir. "Je pense que tout est écrit à l'avance mais je n'ai aucune idée de mon futur. J'ai pleine confiance en l'avenir et ça me rend serein. Je verrai bien ce qu'on me proposera, et au moment venu, j'y réfléchirai."Lire la suite de notre rencontre à la découverte de l'homme derrière le coach Wouter Vrancken dans la version papier du mensuel de Sport/Foot Magazine paru ce 4 mars ou dans notre zone +