Le maillot jaune s'est imposé en solitaire après avoir franchi seul en tête le sommet de la dernière côte du jour, le Cap Blanc-Nez, à 11 km de l'arrivée. Il a ensuite résisté au peloton pour aller chercher sa 7e victoire sur la Grande Boucle. "Il était assez clair que nous allions tenter quelque chose avec l'équipe", a déclaré Wout van Aert au micro des organisateurs. "Nous avons tout donné dans la montée. Nous avons entendu à la radio qu'il y avait des dégâts derrière. J'y suis allé à fond jusqu'au sommet. Je suis arrivé seul au sommet, et j'ai hésité, je me suis demandé si je devais attendre Jonas Vingegaard (son coéquipier, ndlr) et Adam Yates (INEOS Grenadiers, ndlr). J'ai finalement décidé d'y aller seul et j'ai continué à rouler à fond les deux derniers kilomètres". "C'est un truc de fou !",a ajouté le maillot jaune au micro de France 2. "Sur le papier, une étape comme celle-ci se termine au sprint, c'est presque impossible d'arriver tout seul. C'est une victoire exceptionnelle pour moi. Dans le final, j'avais 20 secondes. Mais 20 secondes, ce n'est rien pour un peloton. On dit en général que la troisième fois est la bonne, pour moi c'est la quatrième. C'est bien aussi... J'en avais assez de prendre des risques au sprint. Mieux vaut arriver seul !", ajoute Wout van Aert, premier Belge à remporter une étape du Tour avec le maillot jaune depuis Freddy Maertens en 1976. (Belga)

Le maillot jaune s'est imposé en solitaire après avoir franchi seul en tête le sommet de la dernière côte du jour, le Cap Blanc-Nez, à 11 km de l'arrivée. Il a ensuite résisté au peloton pour aller chercher sa 7e victoire sur la Grande Boucle. "Il était assez clair que nous allions tenter quelque chose avec l'équipe", a déclaré Wout van Aert au micro des organisateurs. "Nous avons tout donné dans la montée. Nous avons entendu à la radio qu'il y avait des dégâts derrière. J'y suis allé à fond jusqu'au sommet. Je suis arrivé seul au sommet, et j'ai hésité, je me suis demandé si je devais attendre Jonas Vingegaard (son coéquipier, ndlr) et Adam Yates (INEOS Grenadiers, ndlr). J'ai finalement décidé d'y aller seul et j'ai continué à rouler à fond les deux derniers kilomètres". "C'est un truc de fou !",a ajouté le maillot jaune au micro de France 2. "Sur le papier, une étape comme celle-ci se termine au sprint, c'est presque impossible d'arriver tout seul. C'est une victoire exceptionnelle pour moi. Dans le final, j'avais 20 secondes. Mais 20 secondes, ce n'est rien pour un peloton. On dit en général que la troisième fois est la bonne, pour moi c'est la quatrième. C'est bien aussi... J'en avais assez de prendre des risques au sprint. Mieux vaut arriver seul !", ajoute Wout van Aert, premier Belge à remporter une étape du Tour avec le maillot jaune depuis Freddy Maertens en 1976. (Belga)