"Nous n'avons pas vraiment accéléré puisque c'est l'équipe UAE qui a imprimé un bon tempo dans la montée, suffisamment pour garder le maillot jaune. Je crois que Tadej (Pogacar) aime le maillot jaune, et c'est normal", a expliqué en souriant le Belge à l'arrivée. Le porteur du maillot vert, qui n'a pas dû s'employer dans cette étape, est aussi revenu sur le déroulement de la course. "L'échappée a mis longtemps à se former, ce n'était pas une partie facile. Mais finalement, c'était peut-être le premier jour dans le Tour où l'échappée a vraiment eu de la liberté pour aller gagner l'étape", a-t-il ajouté. Mercredi, le peloton s'attaquera en effet à une étape dantesque dans les Alpes entre Albertville et le sommet du Col du Granon sur la distance de 151,7 km avec le Col du Télégraphe (11,9 km à 7,1%) et le Col du Galibier (17,7km à 6,9%) à franchir avant la montée finale au sommet du Col du Granon Serre Chevalier (11,3 km à 9,2%). (Belga)

"Nous n'avons pas vraiment accéléré puisque c'est l'équipe UAE qui a imprimé un bon tempo dans la montée, suffisamment pour garder le maillot jaune. Je crois que Tadej (Pogacar) aime le maillot jaune, et c'est normal", a expliqué en souriant le Belge à l'arrivée. Le porteur du maillot vert, qui n'a pas dû s'employer dans cette étape, est aussi revenu sur le déroulement de la course. "L'échappée a mis longtemps à se former, ce n'était pas une partie facile. Mais finalement, c'était peut-être le premier jour dans le Tour où l'échappée a vraiment eu de la liberté pour aller gagner l'étape", a-t-il ajouté. Mercredi, le peloton s'attaquera en effet à une étape dantesque dans les Alpes entre Albertville et le sommet du Col du Granon sur la distance de 151,7 km avec le Col du Télégraphe (11,9 km à 7,1%) et le Col du Galibier (17,7km à 6,9%) à franchir avant la montée finale au sommet du Col du Granon Serre Chevalier (11,3 km à 9,2%). (Belga)