Dans ce contexte, Emma Meesseman, absente l'été dernier pour se consacrer à la Coupe du monde avec les Belgian Cats, dispute peut-être, globalement, l'une de ses meilleures saisons en WNBA pour sa 6e année dans le championnat américain, même si elle sort cette fois du banc. "J'ai été absente un mois (à cause de l'Euro avec les Belgian Cats, ndlr), et je ne débute pas les rencontres. Mais c'est la seule différence, le basket reste le même", a expliqué à l'Agence BELGA Emma Meesseman, 26 ans, qui aligne une ligne de stats impressionnante à l'image de sa franchise avec 12,6 pts par match en moyenne, pour 2,9 assists et 2,8 rebonds avec un pourcentage de 89,2 % à trois points en 22 minutes de jeu seulement. "Nous avons en tous les cas la meilleure équipe que nous ayons eue jusqu'ici en WNBA. Je m'y sens bien et je fais de mon mieux, même si j'évolue dans un autre rôle cette année. Mon shoot à distance et mon jeu de passe cette année sont mes points forts. Le coach me demande aussi parfois des choses particulières, nouvelles pour moi, pendant le match et je le fais aussi avec plaisir. Notre jeu très varié pose un vrai problème à nos adversaires. Ce n'est pas facile pour les autres de défendre contre une équipe où tout le monde peut marquer", analyse encore la joueuse d'Ekaterinbourg, triple championne d'Europe. Washington Mystics entamera les playoffs directement au stade des demi-finales et est exempté des deux premiers tours. "On va tout faire pour gagner le championnat. C'est le même parcours que l'an dernier, il n'avait pas manqué grand-chose à l'équipe. On essaie d'apporter un plus à chaque entraînement, physiquement, en un contre un. En tous les cas, je veux jouer ici le plus longtemps possible. On joue avec les meilleurs du monde, contre les meilleures du monde." Seule Belge titrée en WNBA, Ann Wauters, en 2016, avait clôturé sa carrière en WNBA par un sacre avec les Sparks de Los Angeles, mais l'intérieure waeslandienne n'avait que peu joué (4,6 minutes par match) pour sa 9e saison aux Etats-Unis. Du côté des Mystics, Kim Mestdagh dispute aussi sa première saison dans le championnat US avec un rôle plus discret jouant en moyenne 5.1 minutes par match. (Belga)