Yanina Wickmayer n'avait pas été gâtée par le tirage au sort en héritant de Karolina Pliskova, victorieuse à Nottingham et finaliste à Eastbourne en prélude à Wimbledon. La n°1 belge, cela dit, aura fait contre mauvaise fortune bon c?ur, se battant avec courage pour frapper 37 coups gagnants et pousser la Tchèque, qui réside à Monte-Carlo, dans ses derniers retranchements. "Je savais, après la perte du premier set, que je devais prendre des risques. Sinon, j'allais perdre 6-2, 6-1. Il fallait que je l'agresse à la moindre occasion et c'est ce que j'ai très bien fait. Cela s'est joué sur des détails et notamment ce revers assez facile que je n'ai qu'à mettre au-dessus du filet pour mener 7-6 dans le dernier set. Il risque de me hanter quelques jours", soupira-t-elle. Yanina Wickmayer restera, justement, encore quelques jours à Londres, car elle est aussi engagée en double dames à Wimbledon avec l'Allemande Annika Beck. Ensuite, elle prendra le chemin de Washington et de Montréal pour préparer les Jeux Olympiques de Rio. "Je sais qu'il risque d'y avoir beaucoup de problèmes au Brésil, sur le plan de la sécurité et avec le virus Zika, mais les Jeux, c'est une fois tous les quatre ans et j'ai envie d'y être." (Belga)

Yanina Wickmayer n'avait pas été gâtée par le tirage au sort en héritant de Karolina Pliskova, victorieuse à Nottingham et finaliste à Eastbourne en prélude à Wimbledon. La n°1 belge, cela dit, aura fait contre mauvaise fortune bon c?ur, se battant avec courage pour frapper 37 coups gagnants et pousser la Tchèque, qui réside à Monte-Carlo, dans ses derniers retranchements. "Je savais, après la perte du premier set, que je devais prendre des risques. Sinon, j'allais perdre 6-2, 6-1. Il fallait que je l'agresse à la moindre occasion et c'est ce que j'ai très bien fait. Cela s'est joué sur des détails et notamment ce revers assez facile que je n'ai qu'à mettre au-dessus du filet pour mener 7-6 dans le dernier set. Il risque de me hanter quelques jours", soupira-t-elle. Yanina Wickmayer restera, justement, encore quelques jours à Londres, car elle est aussi engagée en double dames à Wimbledon avec l'Allemande Annika Beck. Ensuite, elle prendra le chemin de Washington et de Montréal pour préparer les Jeux Olympiques de Rio. "Je sais qu'il risque d'y avoir beaucoup de problèmes au Brésil, sur le plan de la sécurité et avec le virus Zika, mais les Jeux, c'est une fois tous les quatre ans et j'ai envie d'y être." (Belga)