David Goffin et Milos Raonic s'étaient préparés ensemble à la veille du tournoi. Désormais, ils seront adversaires. Il s'agira de la troisième confrontation entre les deux joueurs qui sont nés à 20 jours d'intervalle, si l'on excepte celle de 2011 au premier tour des qualifications de l'Australian Open, où le n°1 belge avait abandonné après un set. Les deux ont chacun remporté un duel, le Liégeois à Bâle en 2014, et le Canadien à Indian Wells, en mars dernier. Sur le gazon, Milos Raonic part avec un petit avantage vu sa puissance et le fait qu'il a déjà atteint les demi-finales à Wimbledon, il y a deux ans. Mais il est sur ses gardes. "La plus grande qualité du jeu de Goffin, je pense, c'est son déplacement. Je sais que je devrai être très agressif, pour lui ôter du temps et pouvoir imposer mon jeu", a expliqué le Canadien qui, comme le Liégeois, a deux coaches à Wimbledon après avoir engagé un certain John McEnroe. "John, je ne le vois pas toujours, car il commente pour la BBC. Quand on parle, il me donne quelques conseils sur l'adversaire et la manière d'agir sur le court." (Belga)

David Goffin et Milos Raonic s'étaient préparés ensemble à la veille du tournoi. Désormais, ils seront adversaires. Il s'agira de la troisième confrontation entre les deux joueurs qui sont nés à 20 jours d'intervalle, si l'on excepte celle de 2011 au premier tour des qualifications de l'Australian Open, où le n°1 belge avait abandonné après un set. Les deux ont chacun remporté un duel, le Liégeois à Bâle en 2014, et le Canadien à Indian Wells, en mars dernier. Sur le gazon, Milos Raonic part avec un petit avantage vu sa puissance et le fait qu'il a déjà atteint les demi-finales à Wimbledon, il y a deux ans. Mais il est sur ses gardes. "La plus grande qualité du jeu de Goffin, je pense, c'est son déplacement. Je sais que je devrai être très agressif, pour lui ôter du temps et pouvoir imposer mon jeu", a expliqué le Canadien qui, comme le Liégeois, a deux coaches à Wimbledon après avoir engagé un certain John McEnroe. "John, je ne le vois pas toujours, car il commente pour la BBC. Quand on parle, il me donne quelques conseils sur l'adversaire et la manière d'agir sur le court." (Belga)