"Mentalement, c'était beaucoup plus de stress et de pression que je n'aurais pu l'imaginer", a expliqué la joueuse âgée de 21 ans en conférence de presse. "Je ne pense pas qu'il y avait quoi que ce soit qui aurait pu me préparer à cela, surtout que j'ai tendance à trop réfléchir. Donc oui, je pense que c'est mieux pour moi maintenant d'être, j'allais dire moins bien classée, (...) d'être N.2 ici", a continué Osaka, en quête de son troisième tournoi du Grand Chelem. "Je n'ai pas besoin de penser à défendre le classement ou quoi que ce soit d'autre", a-t-elle apprécié. "Il n'y a pas forcément plus de problèmes (à être N.1), mais je réfléchis trop", a-t-elle ajouté. Barty entamera Wimbledon avec la première place mondiale après avoir remporté le tournoi de Birmingham dimanche dernier. (Belga)